Le Seigneur Des Anneaux

Forum RP ou on joue un personnage du seigneur des anneaux
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 En Pays Variags .

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: En Pays Variags .   Mer 28 Mai - 13:11



Pour une personne qui connaissait les plaines du Gorgoroth et du Khand, il était aisé d’y survivre, a condition de ne pas se perdre et d’éviter les moussons de Gorgoroth. Car, face à une coulée de bout, même avec la meilleure volonté du monde, on n’avait peu de chance d’y survivre.

SaHarley était un bon guide pour le Gorgorth, il savait où trouver les sources d’eau potable et les chemins les plus sûrs. Et son auras maléfique, ainsi que son physique bien caractéristique, décourageait les orcs de venir trop prêt des deux voyageurs.

De son côté, Yrris avait appris à sentir le Khand. Dans ce territoire de plaines semi-aride et de dunes, il fallait plus compter sur l’instinct que sur les cartes car, suivant les vents ou l’éclairage naturel, les paysages changeaient de tout au tout.
Une dune pouvait en quelques jour faire des dizaines de kilomètre, poussée par une tempête de sable, et l’ombre d’une nuage, dans l’azur du ciel, pouvait cacher un ravin des plaines.


Le Khand se séparait en deux grand territoire, tout deux magnifiques mais extrême.
Quiconque n’était pas du pays y mourrait de chaud, de froid ou dévoré.

Du côté de l’Harad, là où les frontières des deux pays se mélangeait, le désert prenait sa place en grand seigneur où quelques oasis éparses permettaient la vie.
Du côté du Mordor, là où les grandes chaînes de montagne servaient de frontière, là où les neiges éternelles caressaient les cimes et le ciel, s’étendaient en contre bas les pleines Variags qu’irriguait des vifs torrents mais où nul grand arbre ne poussait tant les vents pouvaient être puissant.
A l'union des deux, les sèparant où les unissant, une sorte de savanes marécageuse, d’où étaient originaire les Mulmakils, des éléphants géants dont la taille permettait de résister aux attaques d’Amrecks, sorte de lion géant à dent de sabre.


Yrris aimait ce pays, surtout l’absence de forêt dans ce pays. Car quant il n’y avait de forêt, il n’y avait d’Elfe. Certes, cette idée n’était pas très raisonnée, mais elle n’était pas entièrement fausse.

SaHarley, lui, s’en contentait. L’herbe y était grasse et les Variags possédaient des chevaux plus petit que lui en taille. Donc, il était facile pour un mastodonte comme lui de s'imposer comme le male dominant d’un troupeau et de se taper toutes les petites juments qu’il trouvait à son goût. On avait beau être un respectable étalon de Barad-dûr, quand l’instinct vous appelait, on avait du mal à y résister…. Surtout quand on n’avait pas envie, d’y résister.

Mais cela l’importait peu pour l’instant, car il devait gérer une descente sur un flanc de coteaux à pic et ce n’était pas sa cavalière qui l’aiderait à le faire. Se présentant de profil et cherchant à stabiliser chacun de ses pas aux milieux de pierres qui roulent, l'animal avançait. Yrris, elle, le laissait faire alors qu’elle tenait son tricorne d’une main et le pommeau de la selle de l’autre dans des: Houlà... houlà houlà.

Les deux complices allaient vers un arbre mort et blanchi, enfin, un arbre pour les variags qui serait un gros buisson pour des Elfes de la Lothorien.
Ce perchoir naturel était le repaire de quelques crébains de la région, et il était de même la boite aux lettres de la demoiselle des Havres Gris qui y venait chercher des nouvelles fraîches.

A l’approche des deux, les croassements redoublèrent devenant presque assourdissant.


‘Sont toujours aussi bavards ceux là !

S’en plaignit Ecarlate à une oreille de SaHarley qui frémissait par faute du bruit.


………
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Maître Fou
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Localisation : Là où tu crois que je suis alors que je n'y suis pas.
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 29 Mai - 15:20

Tandis que la cavalière arrivait à l'arbre.
Un corbeau s'envola d'un ensemble de hautes herbes et se diriga au ras du sol devant le cheval de Ecarlate.
Il remonta en flèche au dessus de la tête de la monture et montra ses pattes noires aux longues griffes.
Un message y était attaché.
Le corbeau volait devant la cavalière, planant comme un spectre avec de légers battements d'ailes.
L'oiseau noir tourna la tête de profil et, fixa de son oeil gauche, Ecarlate.
Un reflet lumineux passa sur son globe oculaire.
De son oeil droit, le corbeau messager, il observait les crébains, prêt à filer au moindre geste gourmand de ses oiseaux.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 29 Mai - 16:06



Tandis que le corbeau remontait pour passer en flèche au dessus de la tête de SaHarley, il pu entendre un claquement de dents bruyant dans son dos.
Il avait de justesse évité une morsure de cheval, celui-ci n’aimant vraiment pas un volatile non identifié le frôle, de plus, de temps en temps, ajouter un lapin a l’herbe qu’il mangeait ne le gênait pas. Alors un gros piaf…
Cela étonnait toujours Ecarlate de voir les petits animaux victime des colère de son cheval car jamais elle n’avait fait le rapport entre les morsures de Saharley et le goût pour le sang de celui-ci.


Ca va Ca va! Cesses de te la jouer mystérieux messager! j’ai vu que t’avais un message, je suis pas aveugle.
Fit-elle, à l'intention du corbeau, en tendant une main gantée de cuir pour soit attraper le papier, soit permettre à l’oiseau de se poser.
Et SaHarley !! Arrête de tenter de le mordre ! Où attends au moins que je récupère le papelard ! Rhooo ! J'ai l'impression de faire un numèro de cirque là !!

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Maître Fou
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 26
Age : 26
Localisation : Là où tu crois que je suis alors que je n'y suis pas.
Date d'inscription : 05/04/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 29 Mai - 16:23

Le Corbeau se rapprocha d'Ecarlate et se posa sur son bras.
De la pointe de son bec, il découpa la ficelle qui maintenait le message et laissa tomber celui-ci sur la selle.
D'un battement d'ailes rapide, l'oiseau s'envola par derrière la cavalière, évitant ainsi de passer devant la tête du cheval.
Le corbeau pris tout de suite de l'altitude et à certain niveau dans les airs, il piqua dans les herbes hautes disparaissant ainsi de la vue des crébains et du cheval.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 29 Mai - 18:15



Eh bhé ! Même les oiseaux sont pressés dans ce monde !
Fit-elle en descendant de selle pour ramasser le courrier qui avait roulé au sol.

Ca doit pas être de Sauron, d’habitude il m’envoie un Naz’.
D’maman ? Ha ! C’est fort possible…. Mais ce n’est pas adrazelle. Peut-être qu’elle est morte et qu’elle a prit ce qu’elle avait sous la main ? En tout cas, elle l’a bien dressée.

Continua-t-elle en s’avançant vers l’arbre mort et zigzaguant pour éviter les fientes de Crébains qu’ils lâchaient à tue-tête. Pourtant….

Floc !

Et Zuuuuttteuuuuuuu !
Râla-t-elle en enlevant son tricorne et regardant la grosse tache jaunâtre qui s’étalait mollement sur le feutre du chapeau.
J’vais vous … !! RGRAAA !! Le PREMIER que je reprends à m’ARROSER de ses reliquats de repas, je l’ATTRAPE pour l’assaisonner avec une sauce au poivre et je JURE que j’en f’rais le PLAT NATIONAL Variags quitte à s’que votre race soit m’née à l’EXTINCTION ! NONDM’LKOR !
Hurla-t-elle le poing levé vers les Crébains qui s’envolèrent dans des :
« rwack ! rwack! rwack ! »
Ce qui équivaut à des Houlà houlà houlà en Noir Parler Crébain.
Z’êtes pas des Crébains mais des Crétins !! Salaupiot de Piafs !

Yrris prit une inspiration pour se calmer, puis, plongea sa main dans le creux de l’arbre pour y dénicher un trentaine de lettres, sous différents formats, allant du simple pli au petit rouleau de parchemin.
Voyons ? Ma mère. Ma mère. Ma Mère… ha ? … nan, ma mère.. ma mère…
A défaut de ligne téléphonique et de répondeur, puisque cela n’existait pas, la mère d’Yrris l’inondait de courrier qui racontait sa vie, celles des frères et soeur et surtout lui demandait de passer à la maison car elle s’inquiétait pour sa « petite chérie».
Décidément, même celui qui servait le Mal rencontrait des soucis avec sa mère. Pendant un instant, l’humaine se demanda à quoi avait pu ressembler la mère de Sauron…. Il faudrait qu’elle lui pose la question.

Remontant en selle, elle commença à ouvrir les courriers et en premier, la curiosité la guidant, le tout dernier reçu par corbeau. Bien sûr, elle prit soin de garder ses gants. Les lettres empoisonnées sont si vite expédiées.


Yrris lu la lettre. Un certain Treiber qui l’envoyait cela.
Elle n’en avait jamais entendu parlé, il faut dire qu’il ne s’était manifesté nul par dans ce monde. Et qu'elle ne l'avait jamais rencontré dans son passé ou son présent.

Encore un brigand qui devait se croire au dessus des autres car il avait gagné quelque bras de fer ou d’autre combats aussi passionnant.
Songeait-elle en relisant.

Il a du au moins se griller quelques neurones pour trouver un nom pour son petit gang, lui !
Railla-t-elle en refermant la lettre.
En tout cas, il est renseigné le bougre, je ne dirais pas bien, vu qu’il croit que Sauron m’inflige de mauvais traitement, mais il est renseigné. Il m'ignore, juste.
Faudra que je tente de le dénicher pour savoir qui il est. T’en penses quoi, toi ? SaHarley ?


SaHarley s’en fichait, les histoires des hommes n’était pas les siennes.

Quand a Yrris, elle aurait bien renvoyé un courrier pour arranger une rencontre entre elle et lui... mais... le corbeau était parti.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 29 Mai - 21:57

---------------------quand on est seule, on est obligée de double poster... bein oui--------------------------------



A vrai dire, ce courrier la contrariait. Si ce Treiber en savait tant, c’est qu’il possédait des sbires dans Barad-Dûr, et qui disait sbires, disait joli pactole si elle les démasquait.

Et oui, si les Hors la Loi n’avait pas d’armée, c’est qu’il y avait une raison, il était des Hors la Loi, des mercenaires se vendant au plus offrant.

Elle fit accélérer Saharley dans le soleil matinal. L’équidé se plia, il ne demandait pas mieux de faire un petit trot… puis galop… et enfin… bein galop. Il n’était pas chevauché par un Nazgul, de suite pour passer dans les limbes afin de raccourcir les distances lui était impossible. Et cela avait tendance à le contrarier, ses naseaux crachant de la vapeur, tout deux arrivèrent en vue d’un campement Variags. Et un enclos attira de suite l'attention de la femme. Il y avait des féroces ailés ! Parfait. Décidément, la capacité des Variags a chevaucher tout et n’importe quoi l’étonnerai toujours.

Yrris et Saharley ralentirent. Ils n’étaient pas de son clan, pourtant ils n’étaient pas non plus des rivaux immédiats. Ho, certes, ils avaient dû déjà se taper dessus dans de joyeuse réunions de tribus que des gens civilisés comme les Numénoréens Noirs appelaient des guerres de territoire, mais cela restait pour un peuple belliqueux comme l’était les Variags de joyeuses traditions folklorique permettant de recroiser ses voisins les plus proches…. Eloignés de plusieurs centaine de kilomètre, souvent.

Après une âpre négociation, quelques morsures de Saharley qui ne voulait pas faire parti du marché. Yrris eut droit d’emprunter un féroce ailé, mais le « noir cheval très grand » devait rester au campement en gage et pour saillir quelques une de leur juments afin de faire « de puissant poulain ». Si Saharley pouvait sourire, il l’aurait fait. Décidément, lui aussi aimait ce peuple. A lui les petites pouliches!!

Ecarlate se changea et revêtit son armure de cuir onyx et sang. Enfourchant sa nouvelle monture, elle prit le chemin de Barad-Dûr.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 11 Juin - 13:25

_____________________________________________________________

------------------BIEN PLUS TARD. Après un passage à Barad-Dûr------------------




Yrris était assit près du feu de crottin de cheval. Autours de celui-ci des Variags, de vrais Variags à la peau de nuit et aux cheveux lissent couleur ailes de corbeau.
Elle était dans son clan. Sur sa joue blessée divers onguents et feuilles étaient étalées, ce qui lui donnait franchement l’impression d’être une salade garnie.

Les nomades des steppes du Khand écoutaient ce que « l’esprit feu » avait à leur dire, ils acquiescèrent et décidèrent de monter une expédition à 13. Demain matin, ils partiraient à Umbar.
Mais en attendant, le plus vieux guerrier prit la parole :

    « Qu’y a-t-il de plus grand qu’un homme puisse trouver la vie?»

C’était le genre de question à laquelle il fallait répondre, et bien, si on ne voulait pas perdre tout son crédit steppique dans les cercles Variags.

L’homme à sa droite, Ramaïstia qui était le plus jeune des compagnons de la matriarche – car rappelons que les femmes Variags avaient le droit à plusieurs compagnons, c’est entre autre ce qui plaisait à Ecarlate dans cette culture - répondit :

    « L’horizon de nos steppes, le vent dans les cheveux et un cheval frais entre ses jambes.»


Un homme en face, Ryviala, jeune, fougueux mais doté d’une certaine sagesse – et surtout sans compagne, ce qui avait son importance pour de nombreuse femmes du clan – déclara de sa voix basse :
    « Le cris perçant de l’aigle dans les cieux, la neige qui tombe sur les plaines, la flèche touchant sa cible.»


Viadany, une des filles de la matriarche coiffée de sa couronne d'érain, donc une des sœurs d’âme d’Yrris, opta pour:
    « Un homme vigoureux, une tribu puissante et des montures véloces »


Avranesha, compagnon de celle-ci, prit alors la parole. Brutal, sanguin, puissant et… vigoureux, il était un combattant respecté par les siens mais surtout un assoiffé de bataille et sa réponse fut à son image.
    « C’est assurément la vue de notre ennemie mort, l’humiliation de son peuple, et les lamentations de ses femmes

Un murmure d’approbation suivit cette succession d’atrocité.
Avranesha regarda « l’esprit feu » :

    « Et pour toi, petite flamme »


La petite flemme en question mesurait tout de même presque son 1m80 mais sous sa salade, elle déclara :
    Pour moi ? … De l’eau chaude, un bon coiffeur et du papier hygiénique double épaisseur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 12 Juin - 9:59



----------------------------------suite----------------------------------



La nuit fut étouffante sous une canicule de - 10 degrés, elle se déroula paisiblement, au grand dam des Variags qui préféraient des adjectifs comme violement, cruellement voir bestialement.

Au lendemain, à la fraîcheur très fraîche l’aube -sauf pour les autochtonnes-, un clan Variag s’affairait à préparer une expédition choc.
Les consignes furent suivit. 21 charognes, où grouillaient les asticots, furent enfermées dans 21 paniers d’osier, tandis qu’Yrris déroulait une dernière fois sa carte d’Umbar pour compter les cibles.


    « Juste une question » Posa le sage Ryviala, dont l’esprit était éveillé, en se penchant par-dessus l’épaule de la rousse « comment ce fait-il que tu possèdes une carte d’Umbar ? ».

Ecarlate releva un sourcil de surprise.
    « C’est une bonne question…. J’aurai dû moi-même me la poser… Ha oui ! C’est vrai, je suis une voleuse, et comme Umbar était la ville la plus riche du coin à l’époque des 6 souverains, normal que j’ai une carte. Nan ? »

    «Ha ? Ca s’appelle une carte ? »

Souffla Ablavha en s’asseyant en tailleur au côté d’Yrris.
Agé de 13 -donc 15 si on suit le calendrier gondorien et 13.744 si on regardait l’almanach des montagnes bleues- Ablavha était le plus jeune mais surtout le plus curieux de tous ceux de l’expédition.


De son côté, Ramaïsta, en guerrier chevronné préparait, ou plutôt contrôlait les armes de chacun, alors que Viadany, en bonne prêtresse imbibait ses flèches et dagues de poison en suivant d’une oreille distraite la conversation entre sa sœur adoptive et les deux mâles.

Alors que chacun s’affairait, Athavatha, un excellent guerrier surtout quand il s’agissait de taper dans le dos ; mais une loi Variag disait qu’un guerrier préparé n’avait pas à se faire surprendre, même dans le dos - ce qui rendait la professions d’Assassins chez Variags extrêmement honorable.- arriva avec un tas de tissus.
    « Je les ai enfin retrouvés ! Mais je ne sais pas si Melkior nous accepteras à son grand banquet si nous employons ce genre de tactique ?»

Yrris coupa sa conversation pour souligner que :
    « C’est vil ? C’est traite ? C’est sournois et réfléchi ? Donc on a toute les chances de faire ripaille à notre mort… tant qu’on me demande pas de porter une tenue de soirée ! »

    « Te-nu-de-soi-rer ? »

Répéta Ablavha en se demandant ce que cela pouvait être.

Varhsa suivait de près Athavatha, comme à son habitude, a croire qu’il espérait ne pas manquer l’action si son frère aîné venait à faire une chute malheureuse.
Bien que silencieux, Varhsa avait son petit côté sournois. Et, à l’instar de tout les benjamins, il espérait secrètement voir son aîné mourir pour ainsi devenir le premier mâle de sa famille.


Les familles dans les clans Variags étaient étrangement montées.
Le régime y était matriarcale.
Les femmes étaient les maîtresses de la lignée, c’est par elle que la tradition et le pouvoir se transmettaient.
Les enfants étaient élevés par le frère de la femme et quand la sœur est Tladesy, la futur matriarche du clan, cela donnait bien vite à Varhsa des envies de meurtre sur son frère Athavatha, surtout que celui-ci était plus doué en tout que lui !


Ryviala, lui, se tenait en dehors des querelles de pouvoir de ses deux frères aînés, lui, il avait d’autres idées en tête, entre autre, se trouver une compagne qui n’était pas une folle furieuse comme l’était sa sœur Tladesy dite la Sanguinaire.
Mais dans les clans Variags, les femmes non sadiques étaient très rares, c’était pour cela qu’il couvait du regard Yrris, l’étrangère, en tentant des approches à la mâle Variags. C'est-à-dire, assez subtil pour éviter de se faire décaniller la tête par une femelle non contente. Ce qu’ignorait le Ryviala, c’est qu’Yrris, malgré toutes ses comédies d’allumeuse, ne s’intéressait pas aux hommes….


Ceci se passait sous l’œil amusé de Drizha qui aiguisait ses cimeterres. Drizha était un meneur de loups, un solitaire.
Il avait depuis longtemps abandonné ces histoires d’hommes et de femmes, il leur préférait le vent dans les cheveux.
Ecarlate disait qu’il préférait sa main car il était sûr qu’elle au moins de l’engueulerait point ! Ce qui n’empêchait pas ces deux là de s’entendre sur le fait qu’il fallait mieux être seul que mal accompagné.


En tout cas, tous voyaient d’un œil moribond le fait d’enfiler, par-dessus leurs armures, des tenues Haradrim –le tas de tissus- car elles étaient sobres.
Eux, qui étaient habitués à porter des casques à pompons, des armures en formes de bêtes hideuses et surtout à arborer des couleurs chatoyantes qui rendrait malade un caméléon même shouté à la coke ; voilà qu’ils devaient porter du noir, et rien que du noir.
Bon à la rigueur du gris foncé, du rouge sombre et du brun étaient acceptés. Mais pas de jaune bouton d’or, ni de rouge sang ! C’était les mots d’Yrris qui ne comprenait toujours pas comment les Variags arrivaient à réussir leurs embuscades en portant une telle gamme de couleurs.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 12 Juin - 23:56



(A ceux qui suivent mes textes, pour une meilleures lecture, je vous conseille de cliquer sur le lien et de lire le texte avec la musique du lien en fond Wink
http://fr.youtube.com/watch?v=dhKWZNxWIC0&feature=related )



-------------------------------SUITE-------------------------------



Les chevaux s’agitèrent et sous l’impulsion de Ramaïstia, tous montèrent en selle.

Les Crébains sous les ordres d’Ecarlate prirent leurs envoles pour devancer les cavaliers de quelques kilomètres. Ainsi une nuée d’oiseau les précédait.
Une prudence qu’Ecarlate s’était permise car avec de tels éclaireurs, il était impossible aux missionnaires de tomber dans un traquenard et ils pouvaient chevaucher en toute quiétude.

A un kilomètre en recul des Crébains, l’Equipé Sauvage galopait vers Umbar

La chevauché avait prise son rythme et sa composition de croisière.

Galopant en tête, sur de lui, Drizha, le (plus si) solitaire, montrait le chemin monté sur sa fringante jument grise. Il était un habitué des expéditions hors du Khand, et connaissaient tout les cols praticables en cette période de l’année. De ses reines, il cravachait sa monture pour la motiver.

A sa droite, légèrement en retrait, Tladesy, la femme la plus gradée de l’expédition, chevauchait son étalon brun presque sang. Elle aussi vêtu de ses armes et de son armure, arborait en camouflage une ample tenue Haradrim.

A sa gauche, Ramaïtia, le mâle le plus vieux et expérimenté du groupe, maintenait sa monture parallèle à celle de sa nièce, sa longue natte noir flottant comme un fanion au milieu des pans vaporeux des tissus noirs.

Un peu plus à gauche, suivant une diagonale parfaite, fière et digne sur sa selle clouté d’or et de rubis, Viadany, la prêtresse maîtresse des poisons et des cocktails en tout genre, son Bloody Uruk étant réputé dans tout le Khand.

Son compagnon Avrenesha et deux de ses hommes, Torza, connu pour sa force de buffle, et Bravindia, pour son don d’infiltration, chevauchaient sur cette même diagonale ; tout trois penchés sur leur selle pour fendre le vent.

Dans le matin brumeux et glacial, les naseaux des fières et véloces montures crachaient écumes de vapeurs. Les 13 chevaux martelaient en cadence le sol caillouteux en soulevant des panaches de poussière et faisant fuir les petites créature peuplant les steppes arides du Khand.

A cette extrême ligne se trouvait le plus jeune Ablavha qui demandait toujours aux autres ce qu’était une te-nu-de-soi-ré et aussi du pa-pi-é-i-gi-é-ni-que-dou-ble-é-pé-ceure. Il observait l’étrangère, de l’autre coté, et tentait d’imiter sa façon de chevaucher, à la « relax », elle s’asseyait comme dans un transat sur sa selle. Il fit de même, ce qui manqua de le faire chuter, la selle de la rousse n’étant pas du même model que le sien.

Sur la ligne opposée, se tenait Athavatha, légèrement plus à droite de Tladesy. Il chevauchait sa monture noir de nuit comme la peau de son maître. Athavatha cultivait son teint de ténèbres.
Son frère et rival, Varhsa, ne se tenait pas loin, juste à coté pour être précis. Et avec un sourire aux lèvres adressé à son aîné, il fit accélérer sa monture.
Athavatha ne laissa pas passer l’affront et d’un coup de cravache, sur le flanc de l’impudent, il lui fit comprendre qu’il se devait de rester à sa place.

Sur cette même diagonale se tenait Clamiha, qui ne sert à rien de décrire car il devrait mourir très prochainement… ou pas.
Et ne s’asseyant presque jamais sur sa selle, préfèrent tendre les jambes dans les étrier pour se prévenir des cahots, Ryviala, cheveux d’ébène ondulants sur les vents, voyant le manége de ses frères, adressa un regard en coin amusé et un haussement d’épaule, au dernier compagnon de route qui n’était autre qu’Yrris suivit de quelques Crébains et chevauchant Saharley, qui, trop lourd pour faire de la vitesse sur terrain accidenté, se tenait en fin de ligne pour assurer son pas.

Si les chevaux des Variags était des motos cross, Saharley, lui, serait une puissante routière fait pour avaler des kilomètres.
A demi vautrée en arrière, bien trop petite pour massive monture, qui portait des reines et une selle cloutée noire et argent à franges, Ecarlate donnait l’impression de piloter une Harley Davidson.

Vu du ciel, cette chevauchée fantastique formait un V parfait.
Les crins des montures se mêlant aux costumes Haradrim dans la brume matinale et tous portaient des tenues Haradrims et aussi une grosse quantité d’eau.


Une fois l'Harad traversé, arrivé aux frontières d'Umbar, la nuée de Crébains s'éparpilla pour passer plus discréte.





la suite dans Umbar
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 25 Juin - 9:05



-------------------------------RETOUR AU CAMPEMENT-------------------------------




Le jour se levait,
et la lumière se répandait comme de l’or fondu sur les flancs steppiques des montagnes
du Khand.
Par comme de l’or fondu, n’allez pas comprendre que la lumière brûlait tout sur son passage, c’est juste une métaphore, hein ! On est d’accord ?!

Un lac d'altidude refletta la lumière comme une opale.
Les nuages, fuyant cette lumière, enlaçérent amoureusement les cimes aux neiges éternelles
–toujours des métaphores !-
dégageant sous leurs blanches traînées le paysage grandiose du Khand...






et aussi un petit campement d’été de yourtes, là bas, à droit, juste derrière les gros rochers.


Murphy, grand devin, avait un jour dit :
Si quelque chose peut mal tourner, alors ça tournera mal.




Certes, Ecarlate avait tout prévu pour qu’en aucun cas cela tourne mal.
Oui, elle avait tout prévu, sauf de se souvenir que les miracles existaient… et cela pour sont plus grand malheur!
Car Murphy, lui, s'en rappellait et s’en prenait exclusivement aux personnes qui essayait de passer au travers de sa loi.



Cela faisait quelques jours qu’Ecarlate se tordait de douleur sur sa couche dans sa yourte.
En plus d’être malade, la médecine Variags ne connaissait rien à l’aide psychologiques qu’apportait un goût agréable aux médicaments.
Il faut dire que pour les Variags, dans leur cuisine , l’Orc était un met de choix et que leur psychologie se résumait à : « Si tu souffres, c’est que tu es vivante ».
Si bien qu’être malade chez eux était la plus mauvaise idée qu’un humain ordinaire pouvait avoir dans sa longue liste de mauvaise idée.
Et pour couronner le tout, les Variags n’avaient jamais entendu parler d’air conditionné….
Alors qu’ils se chauffaient avec du crotin de cheval séché !

Ecarlate repensait à cette carrière de tenancière de taverne dont elle ne voulait, dans sa prime jeunesse, entendre parler.
Certes, elle ne voulait pas non plus entendre parler de flambeau familial, mais la raison en était tout autre quand on connaissait la profession de la vrai mère de la demoiselle.



Non, décidément l’amour qu’Yrris portait au peuple Variag avait des limites dont elle en voyait l’horizon et la jeune femme ne rêvait que d’une chose : être loin du Khand et des fous qui l’habitaient !!
Enfin… dès qu’elle aurait finit de vomir ses boyaux dans cette bassine.




Dernière édition par Ecarlate le Mer 25 Juin - 11:12, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 25 Juin - 9:54

C'était sans doute, pour ceux qui n'habitaient pas le Khand, le meilleurs moment de la journée. Car, dans une sorte de répit général, la plaine était fort calme, tous profitant de la température clémente de ce moment, entre Ombre et Lumière. La nuit, il faisait très froid en ces terres, et le jour, une chaleur propre à tuer l'imprudent, serait-il originaire de cette contrée.

Rentrant au camp dans la chaleur naissante du jour, le soleil montant doucement à l'horizon, Varsha revenait de sa chasse, commencée quelques heures avant le levé de l'astre de feu. Car c'était à ce moment, quand la plaine se réchauffait légèrement dans le noir, que les prudents lièvres angoras qui peuplaient le Khand sortaient, afin de se nourrir et de vaquer aux occupations qu'une vie de lièvre donnait. Des deux côtés de sa scelle, pendait un sac, dont chacun contenait de belle prise : deux lièvres bien nourris dans chaque.

Il s'occupa tout d'abord de sa monture, Yak'Maha, avant d'aller porter ses prises à ses frères. Pas de quoi nourrir 60 variags affamé, certes, mais cela accompagnerait agréablement le repas de Varsha et ses proches. En passant devant une tente, il tendis l'oreille, et eut la confirmation qu'Ecarlate était toujours malade. Ce qui le fit sourire, pour une raison que seul lui connaissait. Mais rassurez vous, qu'il fera partager, au grand dame de ses frères de sang.

S'approchant de Tladesy et de sa soeur, Viadany, il lança un sourire sarcastique aux lèvres :


L'esprit du feu, qui terrassa à elle seule deux grands guerriers Variags, est-elle même neutralisée par la maladie. Heureusement qu'elle soit elle même Variag, car leur prestige, à cette nouvelle, en serait irrémédiablement entaché!

Puis, avant qu'elles ne puissent répondre, il retourna vivement à la tente d'Yrris, ou, portant un lapin à bout de bras, il déclara :

-Lièvres pour petit déjeuné te convient-il, Esprit du Feu?

Il surveilla en même temps la venu de tout projectile, chose très probable, ou bien celle de ses deux soeurs, choses probables également. A noter que le sens du petit déjeuné, chez les variag, pouvait retourner le ventre de quiconque n'avait pas l'habitude, surtout chez ceux qui sont écoeurés par l'odeur de la viande au petit matin.


Dernière édition par Varsha le Mer 25 Juin - 15:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 25 Juin - 12:04



La Yourte avait les attraits d’une vraie maison, l’eau courante en moins, ce qu'aurait déploré Yrris si elle connaissait cette invention.
Des meubles, laqués de rouge aux motifs excentriques, occupaient un grand volume dans les 20m².
Dans un lit haut, encore plongé dans l’obscurité grâce aux tentures qui l'enveloppaient, l’humaine à la santé fragile était couchée sur le côté, levant un regard nauséeux au nouvel entré et à l’invitation, Yrris fut prise d’un relent vomitif.







Oui, on avait déjà vu plus sexy, mais on est malade ou on ne l’est pas !
Bien qu’elle aurait préféré ne pas l’être … non pas que c’était l’idée de manger de la viande qui la rebutait à ce point, mais c’était le fait de manger tout court.

Puis, après s’être soulagée, l’heure de la vengeance fut, attrapant sa bassine, elle l’éjecta comme un discobole dans la direction du jeune c…


Le souci, avec Varsha, c’est qu’il avait oublié qu’Ecarlate n’était pas en état de s’occuper du feu qui pourtant chauffait la tente.
Donc, pour faire cela, ainsi que vider la bassine –bien que ce problème serait sous peu résolu- et donner les soins, il fallait une tierce personne.
Cette tierce personne n’était autre que Ryviala qui avait prit le coup de poing d’Yrris comme une avance.
C’était la coutume que les femmes foutent des tartes aux males du clan qui les intéressent.
Aussi, quand Varsha tenta d’esquiver (ou autre) la bassine, Ryviala, en bon prétendant, décida de valeureusement se sacrifier en encerclant de ses bras musclés les épaules de son grand frère afin qui reçoive le récipient.




Dernière édition par Ecarlate le Jeu 26 Juin - 18:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 25 Juin - 15:04

Stop!

Bloquons le temps. A ce stade, la bassine vole, lancé comme un discobole au travers de la yourt. Ce qu'avais oublié Yrris, c'était que cela risquait... D'en envoyer partout. Aussi, des tâches vertes-brunes vinrent parfaire la décoration de la yourt. Varsha, quant à lui, avait les épaules encerclés par son petit frère, Ryviala.

Maintenant, relançons le court du temps :

Prenant ses appuis, contractant tout ses muscles, Varsha se pencha Violemment en avant, projetant son frère devant lui. Ce faisant, la bassine/discobole passa juste au dessus de leurs dos, arrosant ainsi celui de Ryviala, qui était au dessus de son frère à ce moment, de vomi. Mais la bassine ne s'arrêta pas en si bon chemin! Elle sorti de la yourte dans un Wiiiz/blopblop, et percuta quelqu'un qui passait dehors et qui, sur le coup poussa un juron bien senti!

Pendant ce temps, Varsha se releva, capuche de sa cape sur les yeux, et son petit frère à terre juste devant lui, sur le dos... Ah, il allait aussi redécorer le tapis donc.


J'adore les petits matins animés.

Varsha regarda ses prises, qu'il vit indemne, sans aucune trace de vomi.

Finalement ça ne va pas si mal que ça, Ecarlate! Il y a quelque jours tu n'aurais même pas pu me lancer la bassine... Bon! Sur ce, je vous laisse! Visiblement Ryviala à l'air d'avoir une idée derrière la tête, Bruhuhum!

Ceci dis, il tenta de s'esquiver de la yourte en toute discrétion, mais malheureusement, en se retournant, il fut nez à nez avec Drizha. Il avait la bassine sur la tête, son contenu dégoulinant sur sa cape. Il occupait l'entrée de la yourte de toute sa présence (très musclée la présence), et empêchait quiconque de sortir. Spontanément, espérant détourner l'attention, Varsha dit en montrant ses prises à bouts de bras :

Tiens! Voilà de quoi t'offrir un bon repas!

C'est alors qu'il réalisa que le contenu de la bassine dégoulinait sur la cape de Drizha. La cape de Drizha : celle qu'il s'était faite avec les peau de ses loups morts de vieillesses. Si Varsha avait pu devenir livide, il serait blanc comme neige en ce moment même. Il y avait des limites à la bravade, et il était trop intelligent pour s'énerver contre Drizha : si jamais un variag le contrariait suffisamment, il risquait de croiser une meute de loup plus souvent qu'à son tour et de revenir bredouille à chacune de ses chasses. S'il revenait.

Mais Varsha n'eut pas le temps de s'expliquer, ni Drizha d'ouvrir la bouche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 25 Juin - 15:58



BrAAMm BalaBaaam

Tout le campement résonna du bruit d'une chute.

Yrris venait de sauter sur le dos de Varsha, entourant son cou d’un bras pour l'étrangler et lui tirant les cheveux en arrière de l’autre, elle lui flanqua un violant coup de pied à l’arrière des genoux pour le faire tomber.
Dans un bruit assourdissant de chute dans l’escalier et d’hurlement suraiguë de rage féminine – Yrris partait du principe qu’en crevant les tympans de ses adversaires, on avait plus de chance de gagner – le trio s’engouffra dans une chute hors de la Yourte.

A présent, la femme était sur le jeune homme de son age entrain de l’étrangler.
Au dessous d’eux, Drizha, sur le ventre et tapotant frénétiquement des doigts sur le sol encore gelé, pestait :

    « - Plus jamais on m’y reprendra, je quitte définitivement ce campement peuplé de cinglés ! »

    Yrris se contentait de : « JE VAIS LE TUER !! » et elle semblait fort bien partie pour...

Pendant ce temps, dépassé par les évenements, Ryviala tentait de séparer les deux combattants du mieux qu’il le pouvait du haut de ses 17 ans.

Autour d’eux quelques Variags s’étaient attroupés et prenaient des paries du type :

    « - J’parie sur Ecarlate.
    - Nan, sur Drizha moi .
    - Mais... le p’tit Varsha se défend bien, il sait encaisser les coups !
    - A force de prendre des coups de son frère, pour sûr!
    - Moi, je dis qu’elle va lui vomir dessus !
    - Sur lequel ?
    - Bein? Sur Drizha !!
    - Ah non, moi sur Varsha !»

Mais personne ne songeait à les séparer, sauf Ryviala , il y avait trop peu de distraction dans les Steppes pour se priver d’un tel spectacle !




Dernière édition par Ecarlate le Jeu 26 Juin - 18:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 26 Juin - 9:15

Varsha fut complètement surpris par la furie de feu qui lui sauta dessus, et ne put donc pas réagir immédiatement. Surtout qu'il est toujours difficile de réagir pendant une chute. S'il tombait, comme Gandalf, dans le gouffre de Khazad-Dûm pourquoi pas, mais en l'occurrence ce n'était pas le cas. Il était maintenant au sol, sur le ventre tandis qu'Ecarlate tentait de lui garroter le cou, assise sur le dos de l'infortuné Variag.
Pour le moment elle se débrouillait plutôt bien et Varsha se demanda comment se débarrasser d'elle tout en la ménageant, car il n'avait pas envie de se retrouver aspergé de vomi!

Pour commencer, Varsha se redressa un peu, afin de saisir et d'écarter le bras d'Yrris de sa gorge. Pour l'empêcher de réitérer son attaque, il donna un violent coup de rein (en effet, il a été prouvé que les cavaliers avait de bon reins. C'est sûrement en partant de ce constat que les matrones du peuple variags ont orientés leur combattant vers la cavalerie!), qui ne la déséquilibrerait sans doute pas, mais qui, d'une torsion, lui permis surtout de se retrouver sur le dos! Et là, c'était déjà plus facile de riposter.


J'préfère te prévenir, si tu me fais aussi des avances, ça sera moi ou mon petit frère!

Puis, avant qu'elle ait eut le temps de réagir, il la saisit par les hanches et l'envoya bouler vers le côté, avant d'essayer de se relever, le plus vite possible....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 26 Juin - 9:37



Drizha et Ryviala serrèrent les dents dans une crispation de douleur partagée et prémonitoire.

Leur frère s’était relevé, erreur fatale que tout Variags, connaissant la rouquine, n’auraient pas commit. Un fois debout, la cible favorite d’Yrris était dégagée et surtout, dans le bon angle de visée.

D’un coup brusque, elle releva la jambe en arc de cercle et le bout de son pied tendu atterrit dans la partie la plus tendre et viril de l’anatomie de Varsha…. Cette partie même qui sert à différencier un homme d’une femme et surtout d’argument salariale aux acteurs de films pornographique.


    « D’accord pour les avances, mais je n’ai pas envie de m’encombrer de gosse ! Donc je prends les devants pour la contraception ! »

Cracha-t-elle de rage, couchée sur le ventre, en appuis sur ses deux mains, et le pied se rabaissant lentement.

Ryviala, qui mordait sa main en repensant au même coup qu’il avait subit, un soir, alors qu’il essayait d’entrer dans la couche de la rousse, enleva aussi sec sa main en beuglant :
    « Elle plaisante !! C’est de l’humour ! Tu ne l’intéresses pas, elle n’est pas pour toi ! »




Dernière édition par Ecarlate le Jeu 26 Juin - 18:41, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 26 Juin - 10:03

Le diaphragme de Varsha se contracta, expulsant de l'air de ses poumons. De l'air qui allait rapidement se transformer un en cri de douleur. Mais cette dernière était trop forte : à la place du cri auquel tout les variags auraient pu s'attendre, les plus proches ne purent voir que le cou de Varsha se crisper de douleur, et un léger soupire s'échapper de ses lèvres, tandis qu'il tombait sur le genoux, mains sur l'entrejambe.

Puis le Variag inspira profondément, avant de souffler à nouveau, cherchant à contrôler la douleur de ses bijoux de familles... Il luttait pour ne pas laisser un cri franchir sa gorge, mais en attendant, il était... Neutralisé. Toutefois, en Varsha il y avait une force qui était plus puissante que tout, la douleur y compris : c'était son côté chiant de la force. D'une voie étranglée et essoufflée par la douleur, Yrris, Drizha et Ryviala purent l'entendre murmurer :


On dis... Demain soir... alors... hAooooohoouuw!

Le murmure se finit par un hurlement, Varsha étant incapable de se retenir plus longtemps. Ses lièvres étaient sur le côté, au sol, et s'ils n'étaient pas déjà mort ils auraient sûrement compatis, juste avant de se faire la malle. Pendant ce temps Varsha riait, de manière purement nerveuse à cause de la douleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Lun 30 Juin - 13:35



Des taches jaunes, éparses, maculaient les vastes espaces du Khand.
Les fleurs arboraient au milieu de l’aridité cette vive couleur pour attirer les insectes.

Des taches jaunes, éparses, maculaient le lac de montagne.
Les reflets du soleil dans l’onde aquatique soulevée par le vent brillaient comme des éclats d’or.

Des taches jaunes, éparses, maculaient le manteau de Drizha.
Le malchanceux meneur de loup, se relevait pour regarder les dégâts fait sur sa pelisse par tout les précédents événements.






A droite, un Varsha se pliait de douleur sous le coup subit.
A gauche, une Yrris se pliait de douleur sous l’effort fournie.

Ryviala aida la femme a se relever, elle aussi était maculé d’ignoble tache jaune issue du contenue de la bassine. Les Variags se moquaient de ce genre de détail. Quand on vit dans les steppes, on ne peut pas fuir tout ce qui est sale et peu ragoûtant, alors il fallait faire avec .
Il la souleva dans a plein bras pour la ramener dans sa yourte, subissant les :


    Lâche moi tout de suite !! Je sais marcher seule !


Véhément de la rousse qui n’aimait pas être assistée mais qui n’avait plus assez de force pour se débattre convenablement.
Si en passant Ryviala avait pu marcher sur les main de Varsha, il l’aurait fait.

Avant l’arrivé du teigneux Varsha, Yrris désirait se laver, après le passage de celui-ci, ce n’était plus un désir mais une obligation !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mar 1 Juil - 14:35

Le variag émit un grognement en se relevant avec difficulté. Varsha avait encore l'entrejambe douloureuse, mais si aucune furie rousse ne venait le blesser à nouveau à cet endroit, la douleur s'estompera pour n'être plus qu'un mauvais souvenir. Un mauvais souvenir tenace toutefois, car il s'en rappellerais longtemps!

Il avait, presque miraculeusement, évité la plupart du vomi... Mais quelques taches éparses maculaient tout de même sa cape : il aurait été de toute façon difficile d'en sortir indemne! Varsha soupira en voyant le résultat, mais s'en accommoda. Ça n'était pas la chose la plus dégoutante qu'il avait eut à supporter : et du moment qu'il ne s'aventurait pas à toucher les taches de ses doigts, cela ne le dérangerais pas. Il croisa au passage quelques regards amusé de la part des spectateurs devant son... Désarroi. Ce à quoi Varsha répondit par des regards meurtriers. La seule chose qui l'empêchait de laisser sa colère éclater étaient le nombre de regard amusé en question!

En revanche, certains variags dans le camp allaient le subir plus souvent qu'à leur tour, ça c'était certain! Et comme un baroude d'honneur, et parce que le comportement de Ryviala l'énervait aussi sûrement qu'il exaspérait la rousse, il lança un :


-Pour une plaisanterie je l'ai trouvée plutôt convaincante! Et casse pas la tête Ryviala! Il me semble bien qu'elle t'a déjà dis non!

Ceci dis, il reprit ses proies tombées au sol et s'éloigna d'un pas... Peu sûr, vers le premier feu venu. Tout ça lui avait ouvert l'appétit! Et ces deux lièvres angoras des steppes allait en faire les frais, en attendant quelque chose de plus consistant à se mettre sous la dent!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 2 Juil - 13:26



------------------------------- PLUS TARD -------------------------------



Primitif, Ignare, Crédule et Barbare.
C’était souvent par ces adjectifs que l’homme civilisé qualifiait le peuple Variags.
Après tout, des gens ignorant la racine carré de 27 et ni ce qu’est un pronom n’avaient aucune valeur pour des personnes civilisés comme les Gondoriens ou les Elfes.

En effet, quel intérêt un Gondorien pouvait voir en des peuples sachant des choses aussi vaines et puérils que : Reconnaître parmi les 23 serpents à écailles dorées lequel est mortel, Savoir traiter la moelle toxique de sagoutier pour en faire une substance bénéfique, Prédire le climat grâce aux déplacement du scorpion noir, Penser a changer d’herbage suivant les saisons afin de ne pas épuiser la terre, et être capable de se diriger pendant 2000 km sur un océan de sable anonyme avec pour seule aide une ficelle et une statue de Melkor ?

Certes, Uvatha, leurs seigneurs, avait un sens de l’orientation déplorable. Mais parmi les matriarches circulaient l’explication la plus logique à cela : A force de traîner à Barad-Dûr, il avait été …civilisé...

Civilisé, ce mot était prononcé avec crainte par les Variags.
De ce fait, les Variags prenaient grand soin de ne pas s’approcher des autres peuples sauf pour les coutumes traditionnelles comme : pilier, tuer, violer et brûler ; parfois en changeant l’ordre.



Dans une yourte enfumée de vapeurs de racines louches, d’effluves d’opium et de Mulmakils mauves…

Ecarlate se pinça le nez pour se concentrer.

Les Mulmakils ne pouvaient être là. Ce n’était pas normal. Qu’ils soient mauves… passe encore. Mais qu’ils soient minuscules et gambadant en cercle dans les airs, ça, ce n’était pas normal.
Décidément, entrer dans la Yourte des deux vieilles prêtresses comportait de haut risque hallucinatoire.
Songeait la rousse en se frottant les tempes; mais l’avantage était qu’en sortant, d’être imprégnée d’un suave parfum d’opium qui ne partirait que dans une semaine.

    « - Je vais partir dans le nord. » Commença Yrris assise en tailleur face aux prêtresses.

    « - Nous le savons. » Répondit l’une des vielles jumelles en jouant avec des osselets.
    « - Tu désires te faire soigner par des gens… civilisés ? » Demanda la seconde.

    « - Heu… » la femme ne savait quoi répondre.

    « - Nous t’avons pourtant guérie. » Insista l’une des deux vielles femmes.

    « - C’est pas ce que … En fait, vous savez , le coup de : les cicatrices sont le chemin de ton passé, ça m’arrange pas des masses… » Lâcha Yrris comme un tir d’arbalète.

    « - Pourtant elles sont les traces de ton passé . » Répondit l’une des deux, la rousse ne sachant laquelle les encens lui montant à la tête empêcher son bon discernement.

    « - Justement, dans mon travail faut pas que j’ai de traces distinctives! » Fit remarquer la plus jeune des trois femmes.

    « - Et tes cheveux rouges ne sont-ils pas distinctif ? » Rétorqua l’une des vieilles.

    « - Oui… mais non… c’est pas pareil ! rhoooo et puis zut !! J’aime pas être balafré ! C’est moche ! » Reconnue Yrris en soulevant sa lourde mèche qui cachait une cicatrice en croix sur sa joue, souvenir que lui avait laissé un certain Mortifillius.

    « - La vérité est un chemin plus court que le mensonge. »

    « - Oui .. bon.. ça va … » Ronchonna-t-elle en commun.

Dans un mouvement empreint de comédie pour faire plus mystique, une des Prêtresses jetta les osselets et les lu:
    « - Dans une ville construite sur de l’eau courant de nord vers le sud, tu trouveras ce que tu cherches. »

    « - De l’eau courant ?? Sur une rivière ? Eh bhe, c’est pas gagné ! C’est qu’il y en a beaucoup ! »

    « - Elle est ceint de pierre. »

    « - Ha oui ! Je sais ! Osgiliath ! »

    « - Elle appartient à un seigneur de guerre. »

    « - Bein, c’est Osgiliath ? »

    « - NAN ! C’est Cair Andros ! Y’a une soigneuse là bas qui pourra t’aider. » Coupa la vielle prêtresse énervée avant que sa sœur jumelle n’ajoute :

    « - Je te l’avais dit que parler par énigme n’arrangeait personne pourtant tu t’obstines ! »Souffla amusé sa soeur.

    « - Oui, elle a raison ! Je serais parti à Osgiliath si je vous avais écoutée ! » se permit d’ajouter Ecarlate mais elle ne put plus rien dire car les deux sœur n’y prêtaient plus garde.

    « - C’est peut-être que tu n’as pas de cervelle petite ! »

    « - Elle a de la cervelle mais c’est toi qui t’exprime mal ! »

    « - Je ne m’exprime pas mal ! »

    « - Si je te le dis ! »

    « - Nan ! »

    « - Si ! »

Discrètement Yrris se releva pour se glisser jusqu'à la porte, laissant les deux vielles femmes à leurs chamailleries, mais l’une d’elle la retint en hurlant :
    « - N’oublie pas de prendre le Masque crébain ! »

    « - Le masque quoi ? » fit interloqué la rousse.

    « - Le truc en plume a coté de la porte ! Je te l’ai dit que tu t’exprimais mal ! » Coupa la jumelle.

    « - Mais pourquoi fai.. ?»

    « - Je sais lire dans les os ! Moi ! Toi tu es trop myope pour encore y arriver ! » rugit la poseuse d’énigme à l’intention de sa sœur.

Yrris compris qu’elle n’aurait pas de réponse a sa question, aussi prit-elle l’objet en filant rapidement de la yourte tandis que les prêtresses en venaient aux mains pour s’expliquer.

Descendant les marches, elle scruta l’objet. C’était un loup fait de bois incrusté d’or, de longues plumes noires partaient de celui-ci pour couvrir la chevelure du porteur jusqu'à la nuque. Il était banal, beau, mais banal, sûrement un objet cérémoniel… mais son observation s’arrêta là car un certain . Athavatha venait à sa rencontre… et pour une fois de face.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 2 Juil - 17:11

Varsha ignorait ce que la rousse était venue demander aux deux vieilles, dans la tente enfumée. Lui même n'y était jamais allé, sans doute parce qu'il n'accordait que peu d'importance à la divination. Enfin. Ce n'était pas vraiment exact. Il y était déjà entré, étant plus jeune. Mais plus par mégarde qu'autre chose. Résultat : il avait vu des Saurons en robe d'elfe pendant plus d'une heure, un spectacle qui l'avait... Marqué en tant que premier contacte avec les drogues hallucinatoires. Depuis il évitait autant que possible ce fameux contacte.

Il l'avait discrètement observée depuis un feu de camp, un peu plus loin, entre deux autre Yourtes. Mais lorsqu'il vit son -qu'il soit mille fois maudit et dévorés par les charognards- frère s'avancer vers Ecarlate, il décida d'aller lui même les voir. Il ne tenta pas de se faire discret : il empestait le feu et l'odeur de viande grillée. Son frère n'y ferais pas attention mais il savait qu'Ecarlate, en tant que non variag (bien qu'assimilée comme telle) avait le nez plus... Délicat.

S'approchant il demanda :


-Alors? Qu'est-ce que les vieux ossements t'ont prédis Esprit du Feu?

Sans préciser de qui il parlait : des deux vieilles prêtresses ou des ossements utilisés pour la divination. Il n'accorda que peu d'importance à son frère, mais il se tenait vigilant, au cas où.

Que la première personne que tu allais rencontrer en sortant de la tente était un rat musqué?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Mer 2 Juil - 19:19



    « Ho ! »
    Feinta-t-elle, faussement surprise, dans une note aigue.
    « Tu y étais presque ! Elles m’ont prédit que c’était la deuxième créature vivante que j’allais croiser. Hooo… mais c’est toi la deuxième.. pauvre petit …»
Elle avança sa main pour faire glisser ses ongles le long de la joue du jeune Variag avant de lui tapoter cette joue dans un :
    « … Varsha. Avant de venir me parler, apprends donc à t’exprimer… Chéri. »


L’humaine semblait avoir reprit du poil de la bête. Les vielles peaux, autant aux yeux de Varsha qu’a ceux d’Yrris, prétendaient que son petit combat avait chassé les mauvaises humeurs que son sang contenait. La rousse ignorait si cela était vrai, mais cela lui convenait.

    « - Justement, Ecarlate, pourrais-tu apprendre à mon frère à s’exprimer ? » Demanda calmement Athavatha.

    « - Houlà ! Qu’est-ce que tu veux dire par là ? » Fit Yrris avec des yeux pleins de contrariété suspicieuse.

    « - La Matriarche trouve qu’il serait bon d’éloigner notre frère du clan pour qu’il puisse prendre de la maturité d’esprit. »

    « - OooKé … Je traduis : La Matriarche trouve qu’il serait bon qu’il tue son temps ailleurs qu’ici en cassant les pieds de tout le monde.
    Donc la Matriarche a décidé qu’il ne devrait cassé les pieds que d’un seul de nous, c'est-à-dire moi. Et j’paris qu’elle a tenté de le refiler à Drizha mais qu’il a changé d’avis en recevant une fameuse bassine. C’est ça non ? » Rétorqua une rouquine, une main sur une hanche et une autre pinçant l’arrête de son nez.

Elle faisait souvent ce geste, pincer son nez, quand elle se sentait lasse, mais aussi quant elle réfléchissait ou quand elle était contrariée, bref, constamment.

    « Pas exactem… »

    « C’est bien ça. Je veux bien l’emmener, mais je garantie pas de ramener un homme entier à mon retour. Et je ne garantie pas non plus que ce soit dû à de simple attaque d’ennemie. J’ai justement un certain Nazgul à lui présenter »

Fit Yrris, tout sourire, les mains sur les hanches en regardant Varsha et imaginant la rencontre de Varsha et de Mortifillius, enfin surtout du poing de Mortifillius; car si il n’avait supporté le caractère de la rousse, il n’y avait nul doute que celui de Varsha l’insupporterai avant même qu’il ne parle.
    « Je pars dans 10 minute. Si tu n’es pas prêts, je ne t’emmène pas.»

Sur ces paroles, elle s’éloigna…

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 3 Juil - 8:42

Aux mots d'Ecarlate, une lueur meurtrière (comme les envies de meurtres hein, pas comme le truc des murailles! C'est une métaphore) apparut dans les yeux de Varsha, bien vite remplacée par une lueur amusée (comme de l'amusement, pas comme un musée... Ok?). La jeune femme avait décidément bien plus de répartie que n'importe qui d'autre dans ce camp, même qu'Athavata ou n'importe quelle prêtresse, ce qui n'était pas vraiment compliqué. Mais ce n'était pas ça qui l'amusait : c'était le fait qu'en dix minutes il aurait tout juste le temps de lancer la rumeur. Il n'avait pas grand chose à préparer aussi il allait pouvoir s'amuser.

    Ne t'inquiètes pas Esprit du feu. Ce sera un plaisir de t'accompagner, et mes affaires sont déjà prêtes!


Ceci dis, il s'éloigna à son tour pour aller voir les deux vieilles prêtresses qui se disputaient dans leur yourte. Lorsqu'il entra dans la yourte, les prêtresses cessèrent immédiatement de se disputer pour reprendre leurs comédie de mystique :

    -Viens, jeune guerrier, et touche la vie passée du loup... dit celle qui parlait par énigme.

    -Hein? Drizha est ici?

    -Elle veut dire : assied toi sur la peau de loup!
    rétorqua celle qui traduisait les énigmes de ça soeur.


Les deux soeurs se jetèrent mutuellement un regard assassin, mais Varsha les ignora. Il pris juste un air songeur en disant d'une voie juste assez forte pour que les deux vieilles l'entendent:


    -Merci prêtresses, mais je ne suis pas là pour ça : je voulais juste savoir si vous saviez que je serais le premier compagnon d'Ecarlate.


Gardant la même expression, celle qui parlait par énigme dis :
    Nous le savions.

    -Il faudra que je passe plus souvent alors...


Puis Varsha parti avec un grand sourire afin de préparer sa monture, histoire d'être prêt à partir dès que la rousse serait également prête.

Montant Yak Maha, il vérifia : qu'il avait quelques provisions, ainsi que de l'eau, de quoi dormir au chaud si besoin était (c'est qu'il fait très froid pendant la nuit en Khand). Il vérifia que ses armes étaient là et en bon état... Tout y était! Avec un sourire satisfait, notamment de savoir qu'une certaine rumeur n'allait pas tarder à courir dans tout le camp une fois qu'ils seraient partis, il repéra le cheval de la flamboyante jeune femme, le capricieux mais racé Saharley, pour y attendre Ecarlate.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 3 Juil - 12:01



    « - Aurions-nous dû lui parler du Loup Solitaire ? »

    « - Aurions nous aimer subir ses questions. ? »

    « - Non.»

Echangèrent, comme paroles, des deux vielles jumelles, dans le yourte alors que le jeune variag était sorti.



-------------------------------------------------------------------------------------




En parlant de Loup Solitaire, la voix de l’un d'eux s’élevait dans la yourte d’Yrris :
    « - Assommé » disait-il.

    « - Attends attends… répète un peu ? Tu as fait quoi ? » Répondit Yrris à l’accent très reconnaissable même par un sourd tant il était … mauvais.

    « - Je – l’ai – Assommé. » Répéta-t-il calmement. « Si je ne l’avais pas fait, Ryviala aurait voulu partir avec toi. Tu le connais. » Continua-t-il en s’approchant, son souffle caressant le cou de la femme, pour saisir un bout de tissus.

    « - Mouais… un peu trop ces temps ci, justement… C’est un peu radical comme solution mais elle a le mérite d’être efficace…. Drizha, recul. » Demanda-t-elle, fermement, comme le ferait une femme à un homme trop entreprenant.

    « - Je recule jusqu’où ? »

    « - Jusqu'à ce que la toile soit tendu sinon je n’arriverai pas à plier… La longue vue est dans rangée… est-ce que Viadyni a passé de ses poisons ? Surtout celui paralysant… l’est génial.»

Le Variag recula en tenant le bout de tissus qu’il avait précédemment attrapé. Tout en reculant, et enjambant les affaires traînant au sol et transformant la yourte en véritable parcours du combattant pour GI, il répondit à la question de la rousse.
    « - Dans la sacoche rouge. Elle n’en a pas préparer énormément. A nouveau, tu pars du jour au lendemain… ça ne lui laisse jamais assez de temps pour travailler.»

    « - Ca te va bien de me dire ça ! Tu fais de même ! » Fit remarquer Yrris en commençant à plier la toile de sa tente de voyage.

    « - C’est dans ma nature ! » Dit Drizha en suivant les gestes de la femme pour plier lui aussi.

    « -Pareil »

    « - Tu n’es pas meneur de Loup, toi ! »

    « - Et alors ? J’ai tout les avantages du meneur de loup sans les inconvénients »

    « - Il n’y a pas d’inconvénient à être… »

Le compactage de la toile continuait, forçant les deux à se rapprocher au fur et à mesure et au moment où les mains se touchèrent, Drizha, en bon adepte des attaques surprises en tenta une pour posséder l’histoire d’un instant les lèvres de sa Célimène. Mais cela ne convint point à celle-ci qui esquiva en critiquant la nature même de l’aventureux.
    « - Tu veux qu’on parle de ton célibat forcé ? De ton obligation à vivre seul dans les montagnes ? Ou de celle qui t’oblige à manger de la viande crue ? » Questionna-t-elle en posant un index conspirateur sur le bout du nez à la peau noire.

    « - Et voilà ! Chaque fois tu me remets ça sur la paille ! Ce NE SONT PAS DES INCONVENIENTS ! » Déclara-t-il en attrapant la main pour l’éloigner de son visage.

    « - A peine ! Tu te mets à hurler… »

    « - LES SHAMANS N’HURLENT PAS ! » le Variag lâcha la main et recula pour s’asseoir rageur sur le lit.

    « - Ho… ils haussent la voix ? C’est tout ? Hahahaha !»

Le cynisme était une arme qu’Yrris appréciait à brandir, surtout quand elle servait à éloigner la gente masculine de ses petites fesses.
    « - Hmf ! … bon… Soit. Ta cape de fourrure te tient toujours au chaud ? » Demanda-t-il alors.

    « - Oui, TA cape me tient toujours à bonne température. Ne t’inquiète pas. En parlant d’inquiéter, tu devrais penser à ne pas revenir au campement exactement au moment où je rentre moi aussi. ‘vont finir par s’apercevoir de quelque chose… »

    « - Si tu t’arrêtais à mon lieu de retraite, je n’aurais pas besoin de venir ici. »

    « -Ho, je ne voudrais pas avoir une mauvaise influence sur tes vœux de chasteté, ici, au moins tu es sage… Hihihi… et puis.. je suis pas fidèle, attends toi à de mauvaise surprise.»

    « - Hmf ! Viens par ici toi… » Insista Drizha en attrapant par le coude la rousse pour faire tomber sur la couche « ouAAille ! Mais tu m’as mordu !!»


Les mains entourant son nez, Drizha regardait étonné le sang jaillir de celui-ci alors qu’Ecarlate le repoussait avec violence. D’un revers de manche, elle s’essuya la bouche avant de se relever du lit pour continuer ses paquetages.
    « - Je n’aime pas qu’on me presse ! Je suis une romantique moi ! »

    « - Raconte cela à Ryviala ! Mon nez !! Je pisse le sang ! » Fit-il en s’asseyant.

    « - Montres.» Ordonna la jeune femme rousse.

    « - Pour que tu m’achèves ? » S’enquit Drizha en regardant par delà ses longues mèches d’ébène l’approche de la femme.

    « - Pour que je te soigne ! » Rassura-t-elle.

    « - Pareil au même avec toi … »

    « - Le sAge Drizha qui a peur d’une femme… Montres je te dis.. voilà .. j’ai arraché un bout de peau.. désolée… attends, j’éponge… enlève tes mains de ma taille.. j’ai dit d’enlever, pas de les baisser. Arrête ça sinon je t’arrache ce qui te reste de …. SPAF ! Je t’avais prévenu ! »

S’en suivit un sage silence, collectif à toutes personnes coupables et cherchant à travailler pour changer de sujet. D'ailleurs chaqu'un rangeait de son côté.
    « - Tout est près ? Et bien j’y vais, j’ai 5 minutes de retards , Varsha va pas me louper… Dit donc toi ? Tu n’y serais pas pour quelque choses pour Varsha ?» Annonça Yrris.

    « - Absolument pour rien.
    Je n’ai pas fait en sorte qu’il t’accompagne pour veiller sur toi. Ce n’est pas comme si tu nous étais revenu blessée au visage et que tu repartais à peine guérie pour une long voyage en terre ennemie. Je sais que tu n’es pas inconsciente au point de prendre ce genre de risques. Et puis, vous vous aimez trop, il est pire que Ryviala à ton égard. J’aurai trop peur qu’il te saute dessus tel un loup enragé… »

    « - D’accord , c’est ton idée. »

Pour toute réponse, elle du se contenter du blanc sourire et malicieux de Drizha.
    « - Tu devrais maintenant y aller… Le temps est favorable et sous ses attraits de sale-petit-con Varsha est un bon guerrier et un excellent guide qui ne tient pas de son grand-oncle sur ce point de vu là. Heureusement. »


Se chargeant de ses gros sacs de selles en cuir ouvragé, Yrris sorti de sa Yourte. En retrait, Drizha resta dans l’ombre de la grande tente, allongé sur le dos ou avachi sur le lit, un bras plié sous la nuque, il épongeait son sang. Le Variag n’accompagna pas le départ de la femme aux cheveux de feu. Comme elle, il savait que pour vivre heureux, il fallait vivre caché.



Dernière édition par Ecarlate le Ven 4 Juil - 2:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Varsha
Chieur du clan


Nombre de messages : 47
Date d'inscription : 22/06/2008

MessageSujet: Re: En Pays Variags .   Jeu 3 Juil - 16:38

Lorsqu'Ecarlate sorti de sa yourte, Varsha sourit. Il pouvait être patient quand ça lui chantait. C'est à dire quand il ne se rendait pas compte du temps qui passait. Alors pour lui, attendre Yrris 10 ou 15 minutes, il ne le voyait pas vraiment! Varsha avait l'air content de partir : ça lui permettrait de voir un peu autre chose que la sempiternelle steppe que les variags avaient choisie comme foyer! Et puis de toute façon, il avait toujours une personne à ennuyer au pire. Ce qui ne l'empêcha pas de dire :
    -Et bien c'est pas trop tôt! Une minute de plus et je m'en allais sans toi. Tu as de la chance que je ne sais pas où je dois t'accompagner. Je suppose qu'on va à l'ouest mais où?

Puis Varsha regarda l'entrée de la Yourte avec curiosité, avant de demander :
    -Et Ryviala, il est où lui? J'aurais juré qu'il allait vouloir nous accompagner... Enfin, surtout toi. Et en plus il doit savoir que JE t'accompagne.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: En Pays Variags .   

Revenir en haut Aller en bas
 
En Pays Variags .
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Haiti sur une liste de pays juges ennemis de Wasington
» Haiti des années 60-70-80: Le pays était-il mieux sous Papa et Baby Doc ?
» Canada, le Pays le Plus Accueillant au Monde pour les Expatriés
» Wikileaks: Les pays Arabes peu tendre envers l'Iran
» Les EUA ne pourra plus soutenir les pays dependants....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur Des Anneaux :: Général :: La Bibliothèque « RP »-
Sauter vers: