Le Seigneur Des Anneaux

Forum RP ou on joue un personnage du seigneur des anneaux
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un campement sur la rive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
AuteurMessage
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 15 Oct - 18:22

( bon personne ne postent? Bein moi je poste. Je vais pas bloquer 107 ans Kerwin Wink )


«- Vous n’allez pas avoir les 5 minutes souhaitées, Gouverneur.
Nous avons un petit souci d’ordre : Amoureux transi. »

Déclara un Kennotcha qui venait d’apparaître, sans un son, au détour d’un buisson dans la clairière.

«- Gnée ? »
Ceci est une interjection mogiesque qui exprime : Veuillez m’excuser, mais je crois que vos dires me restent obscures. Mais les Mogiaux avaient le don de trouver des diminutifs pour tout et surtout les phrases trop longue.


«- Le fils du Seigneur de Cair-Andros désire venir à Umbar. »
Ajouta patiemment le Haut Prêtre en voyant que son résumé de la situation était très… vague.

«- Et ? C’est pas interdit. »
Souligna la rousse, qui tenait à ce que sa cité reste accessible à tout, en finissant sa tasse de tisane.


«- Certes, Certes, mais il n’a point la permission de ses parents, Gouverneur. Si il venait à lui arrive quoi que ce fut, comme tomber entre les mains d’Idrahil, ou se casser un ongle, les Seigneurs du Gondor nous tiendrons pour responsable. »
Continua Kennotcha en détaillant sur ses fins doigts toutes les possibilités de désastres diplomatique si une telle situation venait à se produire.

«- Oui… pas faux. »
Soupira la femme
« Déjà qu’en f’sant des réflexions sur le manque d’humanité du gamin l’ambiance c’est vachement dégradée. Alors si il venait à Umbar, on pourrait rien lui dire sans que ses vieux d’éclanche une guerre mondiale !
Ou qu’il est ? »


«- Je l’ai neutralisé temporairement. Mais il faut plier bagage en moins de 30 minutes. »

«- Ok »
Yrris se releva jetant la tasse à Ker-Dûnaphil.
«- On y Va !
Drizha, les Féroces Ailés !
Wistan, résumé de votre présence ici, z’êtes pas venu par l’opération d’Eru, donc y’a quoi ?
Kennotcha, tu es responsable de la petite Sourie. »

Se trompa-t-elle en désignant d’un mouvement de tête Charlotte.


«- Cha’ comme un chat. » Rectifia Kennotcha

«- mouais. Cha’, pardon. Tu fais attention à elle et tu as Varsha en charge de même, il a besoin de soin. Vous décollez dans quelques minutes. Moi, je me charge du rapatriement des montures »

«- Minute, il est hors de question, vu votre statue, de faire la route seule. »
Ce fut au tour de Wistan d’intervenir.

«- J’ai fait la route seule jusqu'à présent, et chaque fois qu’j’ai des emmerdes, c’est qu’un couillon d’elfe ou de Sauron c’est approché ! Donc, Nada ! Je reste seule »

«- Et je vous fais le résumé comment ? » Insista Wistan « En 5 minutes ? Je vais devoir vous accom.. »

«- On se fixe un rendez vous. » Coupa sèchement Ecarlate.

Kennotcha s’abrogea le mot de la fin.
«- Faisan d’Or. Sur la route de la cité de Minas Arnor. Nous pourrons y faire une escale appréciable. Le relais, l’auberge, est à 2 h de route d’ici à allure soutenue. »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Dim 19 Oct - 15:28

Ker-Dûnaphil, loin de se formaliser de l'interruption du nain, eut un bref sourire, avant de se relever tandis que, dans le reste du campement, on commençait à s'agiter. Le seigneur de Nùmenor était de bonne humeur. Certes, le charme était rompu, mais un proverbe dit que : "ce qui a été fait une fois peut être refait bien plus facilement". Après tout, la construction de la première catapulte avait sans aucun doute été laborieuse, effectuée à grand coup de géométrie et autre science. Désormais, on avait même des trébuchets, et leur construction n'était plus si difficile.

Kennotcha s’arrogea le mot de la fin.
    «- Faisan d’Or. Sur la route de la cité de Minas Arnor. Nous pourrons y faire une escale appréciable. Le relais, l’auberge, est à 2 h de route d’ici à allure soutenue. »


La mémoire de Ker-Dûnaphil lui joua alors un mauvais tour. Lui rappelant Oh combien épique et haletante allait être cette chevauchée à bride abattue vers l'auberge! Mais que fuit-il?
Une armée? Une amante en colère? Un ennemi de toujours?
Que nenni! Seulement la douleur de son entrejambe!

Cette chevauchée en compagnie de son aimée allait être inoubliable, Ker-Dûnaphil le sut dès lors que les mots de Kennotcha franchirent ses lèvres. Retenant un rictus de douleur (il faut bien anticiper) Ker-Dûnaphil interpela ses hommes :

    -Messieurs! Vous devez être tous prêt à partir au plus tôt! Kylian, tu prépares mes affaires immédiatement en plus des tiennes. Rassures toi, je n'ai pas dérangé grand chose.

Puis il siffla à l'attention de Mabeinz, qui vint se poster prêt de son maître. Celui-ci lui dis :
    Mabeinz, rassemble donc les chevaux je te pris. Nous partons.

La bête, intelligente, compris ce qu'on attendait d'elle, et aurait eut un sourire suffisant si son anatomie lui permettait. Elle s'occupa donc de rappeler à l'ordre les chevaux des hommes de Ker-Dûnaphil, qui étaient tous partis brouter dans le coin.
    Au fait, je paierais les frais de l'auberge, déclara le roi de Nùmenor.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 22 Oct - 10:50

Jhosua atteignit finalement ses hommes en tentant petit a petit de se remettre dans son personnage de terrible-et-méchant-chef qui tue. Pour ce faire, il commença directement par relâcher ses cheveux, puisqu'il savait que ses compagnons de toujours décéléraient en lui, grâce a ce signe aussi discret que les yeux au millieu de la figure, une certain manque d'aisance. Il n'y a rien de pire qu'afficher une quelconque faiblesse devant des hommes comme ceux de Jhosua: ca serait certainement aussi malin que de lacher son epée en plein millieu d'une bataille sous le simple prétexte qu'on a plus de main pour la tenir: ca serait suicidaire, nous sommes d'accord?

En tout cas, Jhosua, lui, était complètement en phase avec cette philosophie. Il enfonca son petit tricorne, épousseta les manches de sa tunique et la remit en place et fit craquer (pour bien obéir a un certain stéréotype) son cou, en le tordant a droite, puis a gauche. Un peu plus et il s'appretait a monter sur le ring pour venger Appolo Creed.

"Bon, les gârs!"

La bande se transforma soudain en bataillon rangé à l'entente de cet ordre implicite d'ordre et de discipline.

"Nous allons maintenant nous mettre..."

Il stroppa. Il entendait sa cousine ordonner a tout va. Et quand bien même il la savait parfois fort contrariée, surtout en ce moment, cela l'interpella.
Et il fondit, comme un horrible fromage qu'on passerait au four. Sa culpabilité se remit en marche a une vitesse folle. Mais il écouta un instant ce qu'elle disait et tout son corps se relacha en un "ouf" silencieux. Ce coup-ci, ca n'avait pas l'air d'etre de sa faute. Et ce soudain relachement résulta en un état assez surprenant: Le fromage, qui fondait, mis au four, venait soudain d'etre mis au frigo pour arranger les dégats: seul problème, il avait déja commencé à fondre et s'etait figé dans une sorte de forme de blob immonde. Cela relfétait parfaitement l'etait psychologique de Jhosua en cet instant précis, qui n'arrivait pas a se remettre bien en place.

Il alla donc voir de plus près le pourquoi du comment de cette agitation soudaine et choquante.

Pendant ce temps, le débat fit rage parmi la horde pour savoir ce qu'il fallait se mettre. Lorsque Bigbill, revenu avec les autres de sa besogne d'elimination, proposa "des pains", la bagarre générale commença a coups d'immondes injures hargneuses et de coups de poing dévastateurs. Flail, en bon érudit remercia soudain le ciel de ne pas avoir fait un nain membre de cette clique. Cela n'aurait résulté qu'en utilisation générale de "Pains de Nain", ce formidable aliment duquel on dit: "Quand tu le vois, t'as plus faim!" et dont il existe plus de cinquante recettes allant du "Pain Bouclier" au "Pain de lancer" en passant par le "Pain marteau".

Jhosua, en bon chef, s'en foutait, bien sur.

"Euh, escusez, mais pourquoi cette agitation soudaine? Les soldats de Cair Andros arrivent?"

Il ésperait que ce fut cela et rien d'autre. Il préférait nettement affronter les Cair Androssiens que les humeurs de sa cousine qui, il le savait... lui en voulait. Ses yeux lui semblèrent pleurer d'apréhension, mais a l'interieur de son corps. Et imaginez la drôle de sensation que cela fait. VOus ne pouvez pas? Exactement. Une sensation inimaginable que c'etait, et tout fait désagréable.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glonthein Dakurna
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 24
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 22 Oct - 15:34

Glonthein était accroupi à quelques dizaines de mètres de là, derrière un rocher. Le camp semblait plutôt important. Après plusieurs jours de recherches plus ou moins fructueuses, une piste l'avait menée à Cair Andros, endroit où, d'après les informations récoltées, se trouvait sa cible.
Une cible différente de ses victimes habituelles, il faut l'admettre. Mais un assassin est un assassin, et il fait ce que lui demande son employeur.
Le seul petit souci qu'il avait rencontré dans sa recherche était quand, étrangement, plusieurs pistes entièrement opposées, et pourtant toutes deux logiques, s'étaient offertes à lui. Il en avait choisi une, au risque de se tromper, mais les informations récoltées sur le chemin le laissaient penser qu'il n'avait pas fait fausse route.

Mais revenons au présent. Et aux soucis de Glonthein. Car il y en avait plusieurs : il était épuisé, fatigué, affamé, et il était face à un dilemme : partir chasser et se rassasier, en prenant le risque de perdre de vue sa cible, ou bien ne prendre aucun risque et, malgré son manque de repos, tenter d'abattre sa cible.
Ensuite, divers autres problèmes se posaient : habituellement, il aurait abattu la cible à l'arc. Problème : il y avait beaucoup de monde, des arbres, et son employeur voulait la main de la victime comme preuve. Pas évident à faire avec un arc, il fallait l'admettre.
Les gens de nos jours sont de plus en plus tordus.

Enfin, la bonne nouvelle : la cible de Glonthein était en vue, et en plus, était plutôt isolée de la masse... du moins, pour l'instant. Il fallait agir vite.
Doucement, il contourna le camp, de façon à s'approcher de sa future victime sans se faire voir. Le sol était parsemé, en plusieurs endroit, de vieilles branches. Glonthein n'avait pas l'intention de se faire avoir à cause d'une erreur de débutant, aussi, il prit soin de ne pas marcher sur les branches.
La dernière étape approchait. Glonthein se cacha derrière un bosquet, à une vingtaine de mètre de sa cible.
Cible qu'il serait temps pour moi, narrateur, de décrire.
Des cheveux longs et roux, un corps assez fin, mais avec des formes plutôt attrayantes... Non non, aucun doute, la cible de Glonthein était bien une femme. Une cible surnommée Dame Ecarlate.
Il fallait admettre qu'à la division des pistes, il avait hésité. Le vrai nom de sa cible, Glonthein le connaissait, aussi il avait douté en entendant le surnom sur une piste et le véritable nom sur l'autre. Il avait opté pour le surnom, supposant à une erreur. Un nom pouvait revenir, mais un même surnom était rarement employé pour 2 personnes différentes, non ? NON ?

Enfin bref, revenons à nos moutons... moutons que Glonthein s'apprêtait à égorger. Coup de chance, il n'y avait plus qu'une personne avec la jeune femme. Mouarf, 2 pour le prix d'un, ce ne sera pas trop cher payé. Doucement, dans l'ombre, l'assassin s'approcha dans le dos de sa cible, presque invisible.

Quand soudain...Crac ! Et p*****, la branche ! Concentré sur sa cible, il avait complètement oublié de faire attention où il mettait les pieds. Soudain, ce fut comme si des projecteurs étaient braqués sur Glonthein.

Un homme en armure total, ou une boite de conserve de dragon, venait de surgir dans le champ de vision de Glonthein, exactement face à Ecarlate, en s’écriant :

- Yrris, derrière vous.

La jeune femme, agressif par nature et par plaisir, souvent, usa de la seule arme qu’elle avait de dégainée et sans se retourner la lança !

SPLAFF !

Une tartine de pain blanc, recouverte d’un délicieux miel de Numénor vint se coller au visage de l’assassin… et oui… on fait avec ce qu’on a quand on désire survivre… et là, la seule arme en main, c’était une tartine qui avait l'avantage d'aveugler l'adversaire… de suite le prestige de la guerrière en prenait un coup, mais peut-être moins que celui du tartiné.

De son côté, Wistan, alias, la boite de conserve 100% numénoréen noir, avait dégainé son arme.
La, Glonthein se dit qu'il était mal. Bon déjà, il était pas trop glorieux avec le miel qui coulait sur sa tête, mais c'était pas le pire. Il tilta soudain sur ce que venait de dire l'homme.

*Quoi ? Yrris ? Pas Kazumi ? Et meeeeerde, je me suis encore planté.*

Bon, seul réflexe plausible : on range l'épée vite fait et on fait comme si de rien n'était.
Sauf que ce ne fut guère plausible car l'épée mit un temps un peu trop long à se rengainer. Ce qui fit que Glonthein se retrouva sous un regard plutôt accusateur des deux personnes. Non, de plus, puisque le cri avait alerté d'autres personnes dans le camp.
Tant bien que mal, il essuya tout de même les morceaux de tartines et de miel qui lui coulait sur le visage, puis tenta une approche pour se faire pardonner -même lui il y croit, c'est dire :

-Euh, non c'est pas ce que vous croyez... j'ai rengainé mon arme, je ne ferai de mal à personne. Je vous ai prise pour une autre personne que je recherche, s'excusa Glonthein envers Ecarlate.


Son ton était sincère... pourtant il se demandait si quelqu'un le croirait...


PS : comme j'ai pas encore l'habitude de rp avec vous, si y'a un truc qui manque de cohérence ou qui ne va pas, me le dire tout de suite, merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 22 Oct - 17:25

[Looool, j'adore ]

Soudain-t'a-coup, contraction de soudain et tout-à-coup, exprimat la soudaineté d'une action soudaine, un ange passa. Et cet ange, qui passa, jeta son regard plein de tendresse toute angélique vers un pauvre innocent en armure de plaque qui tentait seulement de faire son métier. Dans ses yeux se reflétaient toute la bonté de l'univers et le pardon adressé a tous les hommes. Dans ses yeux se reflétait toute l'integrale de Wagner, donnant un aspect à la fois terrible et doux a cet ange de miséricorde.
De sa voix cristallines, dans laquellent transparaissaient des notes que l'oreille de l'homme n'avaient jamais su entendre, ou une simple lettre devenait facette de l'univers, il s'adressa au pauvre hère en ces termes, sa voix résonnant de pureté et de profondeur:


"BIEN ESSAYE... MAIS TROP TARD."

Soudain, lé réalité redevint réelle. Et aux oreilles du pauvre soldat retentit un cri.


"WHAAAAAAAAAAAAA!"

Le vol plané fut long mais suffisament rapide pour prendre de court le pauvre assassin qui, somme toute, n'avait rien fait, c'est vrai, quoi, qu'etait gentil, qui s'etait escusé et que, surement, il faisait ce métier parce que son papa était malade et que sa maman elle fouillait dans les poubelles. Jhosua, qui, tous purent le constater, n'avait rien d'un ange de miséricorde s'abattit sur l'intrus. Et comme guidés par une main céleste, surement celle de l'ange, parce qu'il faut pas croire mais que Lucifer, notre préposé a la miséricorde de quelques lignes plus haut, il faut le savoir, était un ange. Déchu, certes, mais un ange, la bande de Jhosua le suivit bientot.

Et l'assassin, surpris, se retrouva dans une terrible melée de coups de coude, de pieds et d'etranglements, d'assauts terribles et de désordre insoutenable. Les hommes de Jhosua en prenaient un pour taper sur un autre et en profitaient pour faire tomber a la renverse la moitié de la melée. Ils s'entre-étranglaient a plusieurs, chacun faisait un "awado-muri-dashi" a son voisin de droite, les coups de pied dans les parties faisaient naitre des ondes de choc de douleurs parmi la population masculine et surtout, rien ne s'arretait un seule seconde.

Jhosua chevaucha l'assassin, ayant réalisé en plein vol plané, un peu plus tot, qu'il était innocent et n'avait rien fait, et tenta de se dégager pour s'excuser. Pas de chance, il reçut Karpatt sur le dos et s'ecrasa misérablement au sol. Et soudain, dans toute la cohue-bohue, dans tout ce bordel organisé, un hobbit vola a plusieurs mètres de hauteur.
Et les hommes regardèrent tous en haut, sans pourtant cesser de s'etrangler, pour assister au spectacle. Quelqu'un, un illustre anonyme dans la bagarre osa même un petit "Oooh la belle rouge!"

" MAINTENANT TOUS EN RANG!"

Le silence se fit et avec plus encore de désordre que lors d ela baggarre, la bande se mit en rang. C'etait d'ailleurs étonnant de voir de si grands gaillards, des guerriers aguérris, de dangereux sociopathes confirmés se mettre ainsi en rang, quasiment au garde-à-vous, a la simple commande d'un grand mais chétif roux qui se proclamait leur chef.

Le voix qui avait crié se transforma soudain. Elle devint d'une dureté incroyable et d'une froideur égale.


"Tous. Je vous demanderais à l'avenir de vous calmer. Vous me faites plus jamais ce coup la. Plus. Ja. Mais. Et maintenant vous dégagez. Allez jouer aux cartes ou je ne sais quoi. Mais dégagez."


Jhosua se retourna. Il avait le regard hargneux, le visage dur et rougeoyant, a la mesure du rouge de ses cheveux qui, d'ailleurs, semblaient se dresser sur sa tête à la manière des serpents de méduse. Ou d'un super-sayen, au choix. M'enfin je trouve la première proposition un brin plus classe.
Et tout a coup, un changement s'opéra et c'est un Jhosua ravi, le sourire aux lèvres et l'attitude chaleureuse qui d'adressa a l'assassin-soldat, ainsi nommé parce qu'il était au sol. Il lui tendit d'ailleurs une main amicale, pour l'aider à se relever. Comment résumer son expression: ^^

"Oh, eux, excuse moi, mon vieux. Tu sais ce que c'est, hein? J'tai vu débarquer, comme ça, epée en main, et tout de suite, j'ai cru que... Enfin, je suis désolé aussi, c'etait une méprendre"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 23 Oct - 18:43

«- Maintenant, je vois d’où vous tenez vos prédisposition à la bagarre de rue. »
S’empressa de conclure Wistan en rengainant et regardant la scène de bagarre générale qui s’offrait à lui.

«- Ca ne vient absolument pas de lui. Cela vient de mes gènes ! »
Dénie Ecarlate, en désignant son fautif, pour ne pas changer, cousin ; avant d’embrayer sur une perfide attaque sur les compétences de Wistan.
« Et pour faire un bon capitaine de garde personnel, vous ne devriez pas arrêter cet individu ? Je dis juste ça comme ça, hein, je ne voudrais pas donner de mauvais conseil à un si Grand chevalier que vous.. »


Se fut pendant l’échange de sifflement innocent et de regard noir que Kennotcha fit irruption dans un :
«- Que ce passe-t-il ? »


«- Un assassin a voulu exercé son métier sur le Gouverneur. »
Répondit le Nùmenoréen Noir.

«- Et mon Cousin a pallié l’incompétence de mon Capitaine. »
Pour le coup, Yrris trouvait que son cousin méritait la majuscule.


«- Il n’y a pas de mal au moins ? »S’enquit le Haut Prêtre de Melkor.

«- Juste le massacre d’une malheureuse tartine au miel qui n’avait rien demandé. »
Fit Ecarlate en haussant les épaules, bras croisé.


«- Elle n’avait que cela sous la main. » Soupira Wistan.

«- J’avais aussi un Capitaine sous la main… mais une tartine était plus efficace. »
Persifla la rousse en ayant trouver dans le brun ténébreux la nouvelle victime de ses humeurs.


«- Je peux vous botter les fesses, si vous le désirez Gouverneur.. »

«- Vous vous êtes déjà chargé de mes fesses et vous excellez autant dans l’art du lit que dans celui de garde du corps !»

«- Grrr ! »

«- Ho ? J’entends à votre grognement que vous avez compris dans quel sens je parlais, Wistan . »

« - Ttt Ttt Ttt »
Fit un Kennotcha en séparant les belligérants.
« Réglez cela en privé. Ecarlate, je vous l’ai déjà dit, pas d’attaque sous la ceinture !
Et où se trouve cet assassin ? »


«- Dans le tas. » Désigna Wistan en montrant la masse humaine grouillante.

«- Alors ? Lequel d’eux est l’assassin ? » Insista le Haut Prêtre

«- Celui qui sent bon le miel et qu’y ‘est propre sur lui. » Précisa Ecarlate

«- Jhosua ??? »
S’étonna le Semi-Elfe Lycanthrope croisé PG des familles en constatant que l’homme était propre sur lui et sentait le miel faute de s’être frotté à l’assassin.



Mais pendant ce temps… où était Charlotte ? … vous le serrez au prochain épisode message.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 24 Oct - 7:10

Jhosua ramassa la misérable tartine et la secoua comme une badine de professeur qui réprimande son élève. En éclaboussant quelques restes infâmes de miel un peu partout sur l'assassin.

"Eh, vous, môssieur j'accumule-les-races-les-rôles-et-les-occupations-allègrement, je vous prierais de surveiller ce que vous dites. Je ne suis pas un criminel. Enfin pas toujours. Enfin pas maintenant. Enfin, en gros, pas dans ce cas précis. Pas trop. J'espère."


Seulement il ne se doutait pas que la susnommée tartine, du fait des évènements mouvementés qu'elle venait de vivre autant que de subir en volant a droite à gauche, était mielleuse. Et contrairement a un Homme Mielleux, qui bien souvent vous colle, une Tartine Mielleuse, bien souvent, vous glisse entre les doigts. Elle s'envola donc, tel un oiseau doré dans le ciel, s'acoquinant un bref instant avec l'air, se sentant pousser des ailes. Cet oiseau majestueux d'un instant, cette éphémère chimère, par un hasard hasardeux et malheureux décida de finir sa course en parabole directement sur le visage d'un pauvre Kennotcha qui n'avait rien de mandé à personne.

Le *splortch* retentit alors que quelques goutelettes du peu de miel qu'il restait ne s'épapillèrent dans l'air comme autant de gouttes d'or. Kennotcha l'avait dans le baba. Enfin, dans la tartine, si je puis m'exprimer ainsi.
Jhosua, quand a lui, se contenta d'assister, sidéré, au résultat de son lancer fortuit et purement, pour une fois, dû au hasard. Il pouffa une première fois, tentant de réprimer un fou-rire qu'il sentait monter. Et c'est au son de multiples *krk*, autrement dit le son indescriptible de l'homme qui se retient de rire, qu'il tenta de s'excuser.


"Oh... Pa *kkkrk* Pardon Kennotcha-hahahahaha! Pardon, j'ai pas fait exprè-héhéhéhé! Je... Je suis désolé, hé, désolé, vraiment désolé, je... je netooyais ma tartine et le coup est parti tout seul *krrkk*, pardon, pardon pardon. "


Essuyant rapidement une larme au coin de l'oeil, il reprit instantanément, et ca fait peur tellement c'est rapide, sa contenance. En évitant, toutefois, de garder dans sa ligne de mire le Kennotcha tartiné.


"Non, Kennotcha, c'est ce personnage là, mais il ne recommencera pas, heiN?"

Il regarda l'intrus dans les yeux, sourcils froncés et sourire carnassier.Traduction littérale de ce comportement bestial: Je vais te bouffer. Et assez etonnament, nul n'aurait douté de la capacité de Jhosua, en qualité de Mog, d'en arriver a de telles extrémités.


"Mais il ne recommencera pas, hein? Hein?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Glonthein Dakurna
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Age : 24
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 24 Oct - 14:50

Bon, résumons néanmoins la situation de notre cher assassin, d'après son point de vue.

Après une magnifique tentative d'excuse sincère et bienveillante, le jeune homme avait subit l'assaut d'un homme volant, suivit de toute une troupe qui engagea une mêlée féroce autour de lui -et sur lui, bien malheureusement.
Glonthein ne fut donc pas épargné par les coups. Puis soudain, les coups cessèrent, et le jeune assassin se rendit compte que l'homme volant avait fait mettre en ordre ses soldats, et lui tendit soudain la main pour l'aider à se relever -Glonthein pensa que le mieux était d'accepter- et s'excusa. Glonthein hocha simplement la tête. Il commençait à se demander si il ne devrait pas fuir en courant.
D'ailleurs, il pourrait. Tous autour de lui discutaient de lui, mais ce n'était pas pour autant qu'ils faisaient attention à Glonthein. A la limite, il aurait pu se suicider que personne ne s'en serait rendu compte.
Le jeune assassin préféra quand même éviter. C'est qu'il voulait vivre, le pauvre. Et puis, à bien y regardarder, un des gars semblait du genre à éviter si on voulait pas avoir d'ennuis...


Quelques gouttes de miel -qui était d'ailleurs plutôt bon, un éclat de rire et un regard-de-la-mort-qui-tue plus tard, Glonthein pensa qu'il pouvait prendre à nouveau la parole sans risquer de se faire étriper. Enfin bon, ces derniers temps, il aurait mieux fait de s'abstenir de penser, quand on voit où ça le mène...


-Non non, je ne recommencerai pas, c'est promis... Je suis d'ailleurs très embarrassé, puisque je me suis visiblement trompé de cible. Pardonnez-moi pour cette méprise... D'ailleurs, je pense que je vais devoir reprendre la route, de ce fait. Au revoir !

Et Glonthein tenta vite fait de s'esquiver de cet endroit de fou.

[Me retient qui voudra, j'ai pas l'inspi ni le temps pour développer plus]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://daigaku.goodforum.net
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 24 Oct - 17:21

Lorsque Ker-Dûnaphil avait entendu le cri d'alarme de Wistan, il avait porté la main à son épée, mais la rapidité de la réaction d'Yrris, ainsi que celle de l'assassin qui avait rangé son arme le pris au dépourvu, tandis que Kylian visait l'homme d'une arbalète de poing de facture nùmenoréenne. L'empereur de Nùmenor fit signe à son vif écuyer, soudain nerveux à l'idée d'avoir manquée l'approche de l'assassin, de se détendre. Visiblement, il n'y avait plus de danger.

Ker-Dûnaphil profita de la mêlée confuse produite par les hommes de Jhosua pour se placer derrière l'assassin. Il n'était pas question de laisser ainsi partir cet homme. Lorsqu'il fit mine de s'esquiver, il posa sa main sur l'épaule de l'assassin, le serrant sans ménagement, son autre main sur le pommeau de son arme.

    Vous ne comptez pas nous quitter comme ça, affirma Ker-Dûnaphil, un petit sourire sur les lèvres. Il me semble que votre vie prends un tournant aussi dangereux qu'inattendu. Vous savez, dans ces situations les djinns offrent des secondes chances, alors je vous en offre une. Toutefois, vous n'avez pas le droit à l'erreur : il serait donc avisé de ne pas faire le mauvais choix. Préférez vous nous accompagner un temps, celui qui sera nécessaire à la crédibilité de votre excuse, ou bien préférez vous partir?

Puis, à l'intention des autres il déclara dans un sourire amusé :
    Mes hommes s'ennuient fréquemment pendant les voyages, surtout mon écuyer à vrai dire. Surveiller un assassin l'empêchera de surveiller les affaires d'autrui.

Kylian, entendant cela, grimaça. Oh il était parfaitement capable d'en remontrer à un assassin s'il le fallait, mais ça ne lui plaisait pas du tout.

Ce n'était pas facile de leur faire les poches.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Oradin
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Dim 26 Oct - 22:14

Spoiler:
 

Tout le monde le savait, les Nains sont des sprinters, redoutables sur de courtes distances, encore eut-il fallu que le temps de réaction soit compté.

Oradin avait suivi la situation et vu la bagarre générale. Un assassin... une bagarre... Il n'était que temps d'intervenir.

Le Nain commençait à dégainer son puissant Pourparler-Nain, puis il se ravisa: il devait faire cesser le combat, pas massacrer tout le monde.

Aussi, après mûre réflexion, Oradin fit appel à une arme secrête, certes moins dangereuse que son marteau, mais tout de même redoutable: la miche de Pain Nain!
Mais pour que vous puissiez comprendre toute la portée de dissuasion de cet instrument, le Pain Nain étant au Khazad ce que la bombe lacrymogène est à la femme seule dans les rues la nuit, il vous faut saisir l'art culinaire du Peuple-sous-la-montagne!

(hrp ecarlate: j'm'excuse d'avance pour ce qui va suivre... car cela va être un GRAND nimportnawak en plus qu'Oradin et moi on s'y met à deux pour écrire le texte! Ca va virer au startoon!!)

La miche de Pain, communément appelée "Parpain" dans la langue Khazad, possède les mêmes vertus rassasiantes que le Lembas elfique, mais pas pour les mêmes raisons: tandis que le Lembas est nutritif, le Parpain, une fois que les dents et gencives peu expertes ont souffert son passage, bourre l'estomac et contrarie fortement la digestion durant plusieurs jours.
On se servait du Pain Nain pour éviter que les blessés ne retournent au combat (essayez de persuader un Nain de ne pas se battre!), soit en les nourrissant avec, soit en le leur posant dessus, soit en les assomant (oui, seul un Nain en pleine santé peut manger le Pain Nain.)

Le Pain Nain nécessite un procédé de préparation particulier dans la plus pure tradition Naine: la pâte n'est pas pétrie mais forgée à l'aide d'un puissant marteau en Parpain!
Certains disent que cela donne au Pain sa consistance si spéciale et fait de la Guilde des Boulangers la quatrième place la mieux défendue dans une citadelle Naine après la salle du trône, les Forges et la Réserve de Bière.
On dit que le Balrog ne dut sa victoire dans la Moria qu'au fait qu'il toastait les pains qu'on lui envoyait, ce qui provoqua plusieurs arrêts cardiaque au sein de la Guilde des Boulangers.

Le Pain Nain, outre ses... qualités nutritives, possède diverses applications: premier accesoire du Nain voyageur, il peut servir de marteau, de briques pour une construction de fortune, d'enclume, d'étaie dans les mines, d'attèles si vous arivez à la trancher en 2.
D'ailleurs, on raconte qu'une dague en Mithril que possède un certain Hobbit célèbre dont nous tairons le nom est, en réalité, un couteau à Pain Nain, ce qui explique la forme aplatie qui permet de beurrer avec.

Bref, le Pain Nain justifie, à lui seul, tout le crédible de l'expression "mettre un pain"! (oui, tentez d'assomer à coup de Lembas! Le Pain Nain, dit "parpain", lui, est vraiment utile!)

Enfin, toujours est-il que les hommes de Joshua voulant retourner à leurs occupations virent arriver un Nain lancé à toute vitesse armé d'un pain.
Scène qui fit sourire certains, sourire qui se figea quand ils réalisèrent qu'un Nain lancé en armure s'arrête difficilement.
Les coups déferlèrent, faisant voler les hommes, cassant les dents (pas besoin de mâcher le Pain pour obtenir cela), provoquant des hématomes.
Finalement, il s'arrêta devant l'assassin inconnu, le chef mercenaire et le Roi de Numenor...
Ai-je dis que les Nains lancé avaient du mal à s'arrêter?
Oui?
...
(pour éviter de heurter la sensibilité des plus jeunes, nous ne décrirons pas cette scène. Nous préciserons juste qu'il lui aurait fallu encore 2 bons mètres supplémentaire pour effectuer un arrêt complet.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Lun 27 Oct - 16:15

Certain rirent tout d'abord, certes. Mais il en fut un que cela ne fit nullement rire: Flail.
Flail qui, en bon érudit, et étant très intelligent tirait a présent une tronche pas possible. Il savait ce qu'etait le pain de Nain. Il savait qu'un Nain en armure s'arrête difficilement. Il savait tout cela.

"Bordel de...."

Et c'est pour cette raison qu'il se jeta dans un grand bond dans la buissons pendant que ses compagnons, rieurs, se préparaient psychologiquement a se faire massacrer sans pourtant le savoir vraiment. Car on a beau dire, on a beau faire, ils avaient quand même pour quelques roubles d'instinct pour avoir survécu si longtemps sur un champ de bataille. Ainsi, les dégats, quoi que véridiques, se révèlèrent en fait minimes: Certes, Bigbill tenta de s'interposer courageusement, et certes Kal Su avait employé une vieille technique ancestrale, dite du "Jeter-quelqu'un-sur-le-nain-pour-gagner-assez-de-temps-pour-m'ecarter-de-son-chemin", communément utilisée par tout bon guerrier du Rhun qui se respecte lorsqu'un nain lui fonce dessus, et certes Karpatt en avait été victime, mais a part ces deux personnes, il y eut plus de peur que de mal. Certains reçurent quelques coups, mais restèrent a peu près conscients alors que Bigbill, lui, avait fini le cul dans un buisson dans une position fort inconfortable et Karpatt avait trois dents cassées et le dos en compotes.

Quand a "l'arret" du Nain, il est interessant de noter que Jhosua, qui n'avait pourtant pas du sang Rhunien dans les veines, avait fait usage d'une autre technique ancestrale dite du "Roue-Autour-du-genou-du-vénérable-lémurien-agile-dans-tes-jambes-pour-te-faire-piétiner-par-le-nain-pendant-que-moi-je-m'enfuis-rapidement", fort éfficace elle aussi.
Quand a deviner qui en fut la victime, je ne donnerais qu'un indice, il était armuré et avait une epée. A vous, maintenant de choisir qui il fut: le prince, ou l'assassin? Conaissant les gouts et les vues de Jhosua sur la royalité, je pense bien que vous vous en doutez, hein? Et bien vous avez tort!
Le roi le payait. L'assassin avait tenté de tuer sa cousine. Plutot facile a deviner, non?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 28 Oct - 14:53

( HRp : Désolée de vous avoir fait attendre, mais je devais savoir ce qu’allais faire Kerwin. C’est bon, il est rentré à Cair Andros, je peux continuer sur ma lancée. )



    « OrAAAADiiiin ! Noooon !! »

Se jeter sur le dos de quelqu’un, en principe, ça l’arrête, sauf que pour les nains, ca ne marche pas. Yrris s’en rappela mais trop tard alors qu’elle était entraînée par le nain vers une immuable confrontation boulangère !


Plic.
Ploc.
Plic.
Sous sa tartine, dont le miel était proche de l’ébullition et le pain du toastage, Kennotcha fulminait silencieusement.
De sa demi-nature elfique, il avait gardé l’amour des beaux cheveux… et le soin capillaire au miel n’en faisait pas partie. Enfin, si.. mais pas de cette façon là.. la façon " j’ai traîné mon gluant partout et sur tout le monde, tout les hommes du pirate rouge comprit ".
Aussi, en Kennotcha se déroulait un conflit commun à tout Garou, celui entre la bête et l’homme et la main dans son dos faisait le yoyo entre une main hominidé et un grosse papatte velue


    « Je vais lui énucléer les yeux et jouer aux billes avec… non…. Je maîtrise l’animal en moi… Je vais lui arracher les boyaux pour en faire un gros scoubidou … non… Je ne suis pas en colère, je maîtrise ma nature sauvage… et si, simplement, je lui broyais quelque os ? C’est pas méchant ça… non… Je suis zen… je ne vais pas céder à mes pulsions sanguinaire… enfin.. Pas tout de suite… je vais…»
    Fit-t-il avant de se faire interrompre par une Charlotte qui lui tirait sur la cape par à-coup :


    « Pardon pardon pardon ! »

    « GROUAAA ? »

Qui était l’équivalent d’un "quoi ?" En lycanthrope, mais qui n’avait pas le même effet qu’un "quoi ?" en humain puisque la petite Charlotte se décomposa, littérairement parlant, devant les crocs que contenait la bouche qui venait de lui hurler le : "Quoi ?" ou son équivalent.
    « …rien… »
    Fit-elle prudemment en s’éloignant.


    « Ho.. non »
      fit un kennotcha en affaissant sa tête mielleuse au sens propre cette fois ci du terme,
    « attends.. Charlotte… je ne voulais pas ! » continua-t-il en tentant de rattraper la gamine qui avait filé dans les bois. « Heu… je reviens, partez sans moi, laissez moi mon féroce ailé.. je vous rattraperais. Charlotte ! Reviens ! » Reprit-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 28 Oct - 18:25

Bien que n'étant pas Rhûnien lui non plus, Ker-Dûnaphil se fit un devoir d'éviter le nain grâce à la technique, certes peu élégante mais efficace, dites du "je m'écarte en t'envoyant contre le truc pour gagner un peu de temps". Et la seule chose qu'avait Ker-Dûnaphil à envoyer était un assassin (malchanceux, vraiment).

C'est alors qu'il entendit, dans tout ce vacarme (le seigneur de Nùmenor avait une oreille sélective pour entendre les ennuis) :


-GROUAAA?
    -Par Morgoth! Pas deux fois dans une même journée? Et avec un nain en prime! Ah tiens, non. Merci seigneur Morgoth.

Conclut-il en constatant que Kennotcha s'éloignait, Ker-Dûnaphil soupira d'aise avant de se retourner vers le trio "Nain-Gouverneur-Assassin". Pour vérifier par exemple qu'il n'arriverait rien de fâcheux.


Pendant ce temps là, sur un Féroce ailé :
    -Drizha DETACHE MOI! JE RATE UNE BAGARRE! DETACHE MOI BIIIIP de BIPP BIIIIP* Nom de BIIIIIP!

Hurla un Varsha dans l'oreille de son bienveillant (? ça reste à prouver) compatriote.





*et coyote. Haha. Hem. Vive la censure.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un campement sur la rive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 5 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5
 Sujets similaires
-
» Sauvés après 12 jours de dérive sur un canot...
» "L'amour est une mer dont la femme est la rive" [PV Myrcella]
» Se pa pou dat lè a rive pou nou aprann fè politik yon lot jan!
» Belle Rive,Jacmel
» 2010: Annee noire visant a disparaitre Haiti sur la carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur Des Anneaux :: Le GONDOR et l'ERED NIMRAIS :: Province de l’Harithilien et l’Ithilien-
Sauter vers: