Le Seigneur Des Anneaux

Forum RP ou on joue un personnage du seigneur des anneaux
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Un campement sur la rive

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 2 Sep - 11:39

Non pas qu'il ne fut intolérant envers certains types de personnes qui se trouvaient tenter d'avoir la classe plus que lui, mais Jhosua avait une certaine propension a l'animosité envers tout ce qui peut représenter quelqu'un qui tente d'avoir l'air charismatique. Et là, de son point de vue, la tentative de Ker Dunaphil de faire le malin, il devait bien l'avouer, était plus que convaincante. Cela lui tira donc un sourire carnassier et quelques intentions de meurtre qu'il posa bien au chaud dans un coin de sa mémoire.

"....... Yrris, tout compte fait, vas-y, fais toi plaisir..."

Il s'épousseta dans un réflexe machinal et, ce faisant, il sourit tout en regagnant sa bonne humeur et son aisance naturelle. S'etirant longuement les bras en l'air, il bailla un grand coup. Il commençait a s'ennuyer.

"Bon, maintenant! Est-ce qu'on pourrait pas trop tarder a se mettre a s'préparer pour partir parce que c'est pas qu'il est tard, mais j'm'enmerde!"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oradin
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Dim 7 Sep - 18:49

Dans l'état de... tension belliqueuse qui semblait régner là, personne n'avait vraiment fait attention à la mule chargée qui arrivait, ni à l'imposant propriétaire... Enfin, du moins, imposant pour une créature haute d'à peine 1m45. Mais en général, peu de gens se hasardaient à rire de la taille d'un Nain... du moins, pas les suicidaires.
Celui-ci, de plus, n'était pas du genre à railler: cela faisait plus de 3 semaines qu'Oradin voyageait, se contentant de ses rations et de quelques lièvres pour repas, n'ayant plus de bière depuis près de 5 jours.
Le dernier point, surtout, était un motif plus que valable de ne pas tolérer qu'on se rie de lui!

Pourquoi ce discours? Parce que la dernière auberge où cet incident c'est produit ne sera plus une auberge avant un certain temps. Si Oradin ressassait cette histoire, c'est que cela s'est passé avant-hier et qu'il n'avait plus bu de bière depuis 3 jours! La bagarre l'avait empêché d'en boire de nouveau et de manger un repas succulent.

Tout à son histoire, Oradin, qui se dirigeait vers Cair Andros, entendit un timbre de voix très particulier, lointain et loin d'être inconnu...


*Tiens tiens tiens! Ce timbre effrayant me rappelle quelqu'un!*

Il se dirigea donc vers cette voix et tomba sur ce groupe en pleine explication façon Naine.

Aussi, le Roi de Numenor entendit une voix rauque aux accents roulants derrière lui:


Rouquine! Ce bellatre essaye de te fourrer dans son lit avec ses paroles mielleuses ou je me trompe?
Je t'ai déjà dit d'éviter les Elfes et admirateurs d'Elfes!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Lun 8 Sep - 13:50

(hrp : yop yop !
Idrahil me fait vous dire que vous êtes de gros lourd et qu’il en a marre de jouer avec vous.

Nan, je plaisante !

Il me fait dire qu’il a plus le temps de poster car il est étudiant et qu’il a un job a côté.
Ouais, je sais, ça sens tout de même l’excuse pour se débarrasser de nous ! Loooool)





Bon, revenons à nos moutons bien qu’il est question de polochons.


Alors que nous avions une Yrris remontée -ce qui ne change pas de l’habitude- contre un roi - là aussi tout est normal car yrris ne s’attaque jamais au glandu du coin qui laboure un champ, elle aime vivre dangereusement -.
Tandis qu’un lycanthrope se faisait la malle, pour échapper aux fous, poursuivit par un Variag rampants. Le lycanthrope, pas les fous qui sont poursuivit…
Tandis qu'un cousin tentait de sauver son roi d’employeur, d’un assassina par oreiller, tout en lui rappelant qu’il fallait pas toucher sa cousine.
Tandis que Saharley harcelait les hommes du roi pour qu’on lui retire sa selle
Tandis que les hommes du roi restaient cois devant une telle situation
Et Tandis qu'une Charlotte profitait de la confusion pour faire les poches du prêtre de Melkor car il y a toujours plein de truc intéressant dans les poches d’un prêtre.


Un Nain fit irruption dans la clairiére...
Nain n'étant pas politiquement correct, nous appelerons cette être : personne à la verticalité inversement proportionnelle à sa pilosité...
Donc...
Une personne à la verticalité inversement proportionnelle à sa pilosité, fit irruption dans la clairiére.


Jusque là, c’est simple… vous n’avez rien compris ? Tant pis pour vous !


Bien, reprenons l’action.

Yrris tête baissé et regard colérique sous sa chevelure de feu n’en croyait pas ses oreilles devant autant de présomption.


    « Vous voulez que je vous achève personnellement ? Ca peut se faire ... »
    Fit-elle sur un ton blasé en propulsant l’oreiller vers le visage du roi.



SBRAAAFF !

Oui, le bruit était différent.
Il faut dire qu’il y avait une légère différence entre le son d’un polochon de plume de duvet d’oie atterrissant sur le visage d’un roi, et, entre le son d’un polochon de plume de duvet d’oie atterrissant sur le visage d’un roi où des pierres furent glissées.
Mais autant pour le son, il était facile de faire la différence, autant pour la douleur, il fallait mieux demander à l’expert actuel reconnu en pelochonnade : Ker-dunaphil
.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Lun 8 Sep - 15:50

Le roi en question n'eut que le temps de lever le bras pour se protéger du polochon reconverti en arme régicidaire. Ce qui lui évita ainsi d'être purement et simplement assommé. A vrai dire, s'il eut sût que le coussin était rempli de pierre, il l'aurait évité, ce qui aurait été bien plus élégant qu'un bras sans doute non cassé, mais réellement endommagé.

Ker-Dûnaphil encaissa le coup en chancelant légèrement, mais sans mots dire. Sa figure ayant pris une délicate teinture pourpre évoquant les plus jolis coups de soleil ainsi que sa respiration... Profonde, pas de doute, laissait entendre son assourdissant cri silencieux (quoi de plus classe qu'un cri tellement assourdissant qu'on ne l'entends pas?). Et lorsqu'il pris la parole, le roi fit des efforts pour calmer sa colère, car il lui fallait éviter de perdre de vues ses objectifs (aux nombres de deux) en rapport avec la rousse demoiselle. A la place, il s'efforça avec un entrain quelque peu forcé à déclarer :

    -Un très joli coup, mais trop prévisible. Je passerais pour la maîtrise du poignet, le polochon rempli de pierre n'étant pas l'arme la plus équilibrée au monde, on fait ce qu'on peut avec ce qu'on a. Ceci dis...

Ker-Dûnaphil s'approcha vivement d'Ecarlate, avec pour ferme intention de la désarmer du polochon. Il empoigna ce dernier fermement, près de la main d'Yrris pour le lui retirer.
    -... Il y a des limites à ce que j'accepte de subir venant d'une femme, en tant que Roi. Et, à l'adresse du nain, je tiens à préciser que ma seule manière d'admirer les elfes, ce sont les peintures les représentants à leur désavantages, aux mains d'orcs prévenants par exemple.

Sa première phrase laissait entendre que représailles il y aurait si le gouverneur ne cessait pas sa conduite agressive et diplomatiquement innappropriée dans les plus bref délais.
A cet heure, les hommes de Ker-Dûnaphil se demandait quelles étaient les probabilités que le gouverneur d'Umbar réponde positivement à la demande de leur roi... Les cotes, à l'heure actuelle étant de : 4 contre 1 qu'elle refuserais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Lun 8 Sep - 16:30

(Rp commun Ker et Riris)


    « venant d’une femme…. »
    Répéta-t-elle en dévoilant toutes des dents, dents de sagesses comprises, dans un sourire carnassier tandis que son visage se relevait. Les yeux verts dorés de la rousse se vrillèrent dans ceux acier du roi… ça allait saignait.
    « … dois-je comprendre que votre petit orgueil de cul béni par Eru croisé macho de salon aristocrate aurait accepté plus d’un homme ? »
    Susurra-t-elle d’une voix orageuse qui présageait de la tempête à venir.


Ker-Dûnaphil répliqua :
« Vous devez comprendre que je redoute bien plus la colère d'une femme de caractère qu'on laisse se défouler, qu'un homme, qui en viendrait tout de suite aux armes blanches. »


    « Je vois... vous vous riez de moi car je n'ai pas dégainée les armes...Mais je n’ai pas besoin de ces jouets pour garçonnets ayant quelque chose à compenser .... »
    Fit-elle en décochant THE attaque spéciale dite: L'ablation de toute descendance.

Pour les néophytes, il faut savoir que l'ablation de la descendance consiste en un coup de pied relevé contre l’entre jambe masculin de la personne visée.


« Je ne me ris pas, au contraire. Vous savez faire preuve d'imagination. Croyez vous que quoique ce soit m'ai préparé dans mon éducation à faire face à un poloc. AOUUUW! »
oui, cette fois ci il cria.


Objection votre honneur ! Il hurla !
    « How ? C’était des compliments ? Je suis désolée… mais vous ne savez pas causer aux femmes vous. Z’êtes d’un ambiguë… Bon, voilà, Joshua, tu peux le fouiller.»
    Enfin, elle se tourna vers le Nain pour dire :
    « Trente seconde, j’ai encore un souci à régler et je suis à toi. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 9 Sep - 1:00

Jhosua assista, amusé, a l'ardente discussion uni-latérale qui opposait un Ker rieur a une Ecarlate plus encline a des pratiques qui mettent généralement en scène un gros machin en bois, un panier et une grosse, grosse lame. Et qui, il faut le dire, marchait fort bien sur les membres de la royauté qui étaient tous a mettre dans le même panier. Enfin, surtout leur tête.

Puis Ecarlate usa de son combo "kardetour A", à savoir l'ablation de descendance. Et Jhosua eut mal pour Ker.
Car il faut bien savoir que ce coup spécial a de si particulier que toute autre personne de sexe masculin ou assimilé qui possède ce qu'il faut là ou il faut assistant a son execution ressent comme une onde de choc. On appelle ça la solidarité masculine.

Jhosua regarda le pauvre roi se tordre de douleur. Il aurait pu avoir pitié, il aurait pu prendre ce que lui disait Ecarlate à la rigolade, il aurait pu... Enfin, il aurait pu plein de choses, ce n'est pas avec des Si qu'on coupera la forêt d'amazonie. Mais il choisit de noter dans un petit coin de son cerveau qu'il pillerait effectivement Ker un de ces jours, mais pas devant ses hommes alors qu'il est encore vivant. Car piller, ce n'est pas voler. En effet, tous les mercenaires pirates de terre douce pourront vous le dire, piller inclut un acte de destruction et/ou de violence gratuite. Ou comme il vous le diront surement après deux bières:
"Un bon pilleur, il voit un village et pis il attaque, direct, tu vois? Mais un mauvais pilleur, bah...il voit un village... il attaque. Mais s'pas pareil tu vois."


"Je me demande si ce que je ressens, c'est de la pitié? Oh, non, c'est juste que j'ai faim, fort heureusement."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 9 Sep - 16:01




Charlotte…

Charlotte, petit bout de jeune fille née de l’union d’une nuit d’un elfe et d’une femme, enfant non désirée par sa mère, cachée par son grand-père et ayant pour seul ami des livres durant toute son enfance.

Charlotte que tout le monde avait encore une fois oublié, même Idrahil dont elle avait l’épée…

Charlotte, qui malgré toutes les raisons de se lamenter, préférait voir le bon côté des choses en profitant de cette situation pour se lancer dans une nouvelle tentative de carrière professionnelle, celle de voleuse pickpocket.




Sa cible fut l’homme le plus intéressant de la clique.. du moins d’un point de vu charlottien, car n’importe quel voleur aurait fouillé les dirigeants… heu… quoique le Variag portait plus d’objet de valeur sur lui.
Les Variags avaient la sale habitude, ou la bonne si on était voleur, de porter toute leur fortune sur eux.

Elle, elle préféra le prêtre, surtout que l’attention de celui-ci était entièrement reporté sur le conflit opposant le Roi Ker-dunaphil au Gouverneur d’Umbar.



La semi-elfe glissa, en premier, ses fins doigts agiles dans le sac du prêtre.

Au tactile, elle sentit une sacoche de premier secours et aussi un étrange flacon qui semblait bien lourd. S’enfonçant plus profondément, elle sentit un long objet effilé et un trousseau de clef.
Ce dernier objet étant bruyant, l’enfant profita du boucan pour retirer vélocement le trousseau pouvant alerter la vigilance de sa victime.
Les clefs changèrent de propriétaire en entrant dans la besace de la jeune fille.

Puis… exaltée par sa première victoire, elle tenta de prendre la dague. L’objet long représentait le risque de faire bouger le flacon.
Mais la trousse de soin maintenant celui-ci, permit à Charlotte de retirer cette dague; qui fut aussitôt glissée dans les jupons de la jeune demoiselle ayant mit de côté ses manières de noble le temps de cet amusement.

Tout sourire, la métisse continua son petit jeu. Elle ramassa un cailloux, le soupesa, les dimensions correspondait mais le poids était plus lourd que celui de la sacoche.. cela ne conviendrait pas. Par contre, cette bûche…
Elle fit l’échange tel un Indiana Jones en jupon face à une statuette d’or ! Et ainsi, se fut la trousse de soin qui passa d’une mains à l’autre sans que son propriétaire s’en aperçoive.



Enfin, la cerise sur le gâteau arriva : Les poches !
Délicatement, avec une douceur dont les elfes étaient dotés, la fine main de Charlotte, aux ongles nacrées, se faufila dans une poche du prêtre.
Elle en retira un fin mouchoir brodée et un morceau de papier chiffonné.

Devant cette maigre pitance, la jeune enfant arrêta son investigation… surtout que la dispute touchait à sa fin par le coup de pieds au but du Gouverneur.
Charlotte songea qu’elle devrait lui demander son truc à Yrris pour dompter les hommes.

L’enfant chargée de son lourd butin battit en retraite pour s’abriter dans une tente et regarder ses prises…. Pas de chance… c’était la tente du prêtre… ou alors coup de chance… il y avait encore plus à chaparder !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 9 Sep - 16:16

Si Ker-Dûnaphil éprouvait une douleur cuisante à l'endroit de son entrejambe, elle n'était point suffisante à le rendre sourd, aussi la moquerie de Joshua ne passât-elle pas inaperçu. Se redressant avec difficulté, il se rendit soudainement compte que le voyage vers Umbar ne serais plus désormais aussi paisible et agréable qu'il l'avait envisagé, d'autant qu'il avait eut l'intention d'y aller rapidement. Mais maintenant, chaque mètre parcouru à dos de cheval lui rappellerais que ses parties intimes étaient formellement opposées à ce projet : un bras cassé n'était pas aussi handicapant qu'une entrejambe douloureuse.

Plus loin, le prêtre de Melkor qui s'était proprement fait pillé de ses biens les plus précieux s'inquiéta. Non pas pour son seigneur, il n'avait aucune blessures graves, mais plutôt pour la conséquence de la somme des actes des deux Mogiau réunis. Le roi de Nùmenor, contrarié, pouvait s'avérer d'une attention extrêmement déplaisante pour tout ces petits rien dont on aurait préféré qu'il continue de les ignorer. D'ordinaire, il aurait laissé son roi se balader allègrement sur la corde très raide de la santé mentale le temps d'une vengeance, mais quand celle-ci concernait de près ou de loin le nouveau dirigeant d'Umbar...

Il soupira, se disant qu'en tant que prêtre de Melkor, il avait une tâche bien ingrate. Éviter que tout ce ramassis d'orgueilleux ne s'étripe faisait assurément parti de ses principales occupations, bien malgré lui. S'approchant du roi de Nùmenor, il saisit sans ménagement son bras contusionné pour vérifier que tout allais bien de ce côté là :

    -Je vais examiner votre bras seigneur, si vous le permettez?

    -Faites...

Répondit Ker-Dûnaphil, ne tenant visiblement pas à s'étendre sur le sujet. Le prêtre fouilla dans sa sacoche, afin d'en sortir son nécessaire de soin... Pour découvrir qu'elle s'était mystérieusement transformée en bois. En une bûche de bois pour être précis. Lâchant le bras du seigneur de Nùmenor, il fouilla sa sacoche pour constater que la majeur partie de son contenu avait été remplacé par divers éléments champêtre. Soupirant, il déclara :
    -Kylian. Ma sacoche je te prie. Ainsi que le reste. Tout de suite. Merci.

La voie de Lyam lui répondit :
    -Il est toujours à Cair Andros Erlan.

Suivit un court silence durant lequel Erlandûr réfléchit. Puis repris, d'une voix moins calme et sensiblement moins patiente.
    -Messieurs les mercenaires, sachez que si l'un de vous s'est amusé à voler un prêtre de Melkor, il risque fort d'y avoir une recrudescence de sacrifice d'hérétiques!!!!!

Il termina sa phrase en hurlant presque, puis se passa une main sur le visage, avant de se reprendre et de se calmer.
    -Humph. Navré, les vieilles habitudes ont la vie dures. Ceci dis je suis sérieux. J'attends à ce que cette sacoche me soit rendu promptement, ainsi que tout le contenu de mon sac. Je pense particulièrement aux objets de cultes qui s'y trouvaient. Personne ici présent n'aimerais voir de quoi les malédictions de Melkor sont capable, n'est-ce pas?

Le prêtre de Melkor fusilla l'assemblée du regard. On ne volait d'ordinaire pas les prêtres de Melkor, pour la simple et bonne raison que leur réputation suffisait parfois à faire si peur au voleur que celui-ci rendait le bien volé avant de s'enfuir loin, très loin. D'autre part, ce genre de nouvelle circulant vite, les proches du voleurs l'évitaient soigneusement, des fois qu'il se mettraient à exploser en lançant des miasmes contagieux autour de lui.
Aucune de ses rumeurs n'étaient vraiment fondée, mais au moins ainsi les prêtres de Morgoth étaient en paix la majeure partie du temps, dans la probabilité que même si ce n'était que des rumeurs, mieux valait ne pas les vérifier.
Le prêtre s'en voulait pour son éclat de tout à l'heure. Malheureusement, il n'avait pas commencé comme novice auprès d'un prêtre très tempéré de Melkor, et certaines choses ont du mal s'effacer quand on vous les a inculquée à coup de sermons journaliers.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mar 9 Sep - 16:52

Les mercenaires n'ont pas une bonne réputation, généralement. Tout simplement parce que des gens qui se vendent au plus offrant ne font pas très bonne figure: ils sont caricaturés comme violents, alcooliques, irrespectueux et capable du pire pour une piécette, d'or si possible.
Cela définissait parfaitement le groupe de Jhosua, il faut le dire. Meme si chacun de ses termes ne s'appliquait pas a tous, Bigbill s'occupait de la violence, Karpatt de l'irrévérence et le terme irrespectueux, lui, les concernait tous a différents degrés. Quand à l'alcoolisme, c'est le dénommé Deckard qui y était affilié, avec la précision chirurgicale d'un maitre et les conaissances quasi-indénombrables sur tout ce qui touchait de près, de loin ou si possible de très près, c'est a dire dans sa gorge, à la boisson.
Seulement ce que le prêtre de Melkor, c'est qu'un bon mercenaire n'a pas besoin de voler à la tire. Il extermine, régule la population, tranche la chair et brise les os et, seulement après, daigne ne pas gâcher de bons objets qui flottent dans le sang, c'est vrai quoi, un peu de respect pour l'artisan qui s'est occupé de la fabriquer, bon sang, quoi, c'est vrai, non...

De plus, une autre de ses méprises était de ne pas savoir que les guerilleros du Prince Rouge étaient, contre toute attente dotés d'un sens aigu de l'honneur et de la confiance (entendez par là: il faut que vous nous fassiez confiance, mais nous on sait très bien que vous vous n'êtes que d'infâmes râclures de poireau qui ne souhaitent que notre perte).

Jhosua fronça les sourcils à l'adresse du prêtre tout en laisant nonchalemment tomber sa main sur le pommeau de son sabre, comme si c'etait la position la plus décontractée et naturelle du monde.

"Nous accuseriez vous de vous avoir volé?"


Sa voix avait la chaleur naturelle d'une porte de prison et il détacha bien les mots et les syllabes en parlant lentement, comme pour signifier au prêtre de Melkor qu'il devrait bien peser ce qu'il allait dire.
La tension dans l'air était palpable. La bande de francs gaillards discutant jusque là a tout va s'etait tue. Et tous s'etaient tournés vers celui qui les accusait.
Cependant, dans le silence, trois petites voix purent se faire entendre, comme chuchotant pour ne pas faire tache dans cette atmosphère primesautière et d'une agréable fraicheur.


"Hé Karpatt, Hé, Karpatt, s'toi qui l'as volé le prêt'?"

"Non abruti, j'ai rien fait moi"
"Ouais, mais en même temps, tu dis ca a chaque fois, on commence a pu' t'croire, nous"
" Rha mais non, Ral, Tipol', j'vous ai déja menti? ... Ouais, bon, s'pas un bon exemple. Mais..."
"Non mais sérieux, c'est toi?"
"Mais non j'vosu dit, pourquoi j'irais voler un pélot de prêtre de Melkor qu'a même pas l'air d'avoir des trucs précieux?"
"Commenca pas de trucs précieux! Tu t'es trahi!
"Ha!"
"Mais non bordel de %$£µ! J'ai juste dit que l'a pas la tronche d'un mec qui s'trimballe avec des trucs précieux!"
"Ah ouais, et comment tu le sais ça?"
"Ouais, comment?"
"Mais les gaaaars, j'vous dit que c'est pas moi."

Lentement et au fil de la conversation, Jhosua se tourna très lentement vers son groupe. Tous ses hommes eurent un mouvement de recul certain. Cela ressemblait a la fois ou un type qu'il avait autorisé a venir lui avait révélé qu'il s'appelait en fait pas Samaël mais Régis. Et dieu sait que cela ne s'était pas passé tout en douceur.

"Karpatt. Viens là."


Le silence farouche de la clique se transforma peu a peu en silence gêné.


"Karpatt, Viens Là."


Nul ne bougeait plus, comme dans l'attente d'un dénouement pour avoir le droit de respirer. Puis finalement, dans un mouvement de foule, un hobbit sembla voler de la foule pour s'ecraser misérablement au pied du chef.
Celui ci émit un petit cri de surprise avant de lever la tête pour vérifier l'appartenance de la paire de bottes qu'il avait devant les yeux.
C'etait bien ce qu'il redoutait.

"Karpatt, est-ce que c'est toi qu'a fait ca?"
"Maisnonmaisnonmaisnon! C'est pas moi chef je l'jure! Pourquoi j'irais voler ce genre de mec?!"

Jhosua soupira en attrapant le hobbit par les bottes. Il le souleva de terre sans trop de mal sous les protestations nombreuses du petit homme et se mit a le secouer comme un checker. Petit a petit, de ses poches tombèrent moult babioles, une montre par ci, un bibelot par la, une pièce d'or d'un côté, un couteau en argent de l'autre. Mais rien qui ne ressemble a des objets de culte de Melkor, sauf bien sur si Melkor aimait les objets en or et en argent sans distinction de forme.


"Bon, m'sieur le prêtre, quelque chose a vous là dedans? Oh, je tiens a dire que si la réponse est non, je considérerai dès lors qu'il s'agissait d'une insulte directe envers nous et, bien sur, je demanderais compensation. Dans le cas contraire, ou c'est bel et bien Karpatt qui vous a volé, vous pourrez faire ce que vous voulez de lui."

Jhosua, qu'on qu'on en crut, était intraitable, en affaires.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 10 Sep - 6:08



    « J’vous jure… Merci Joshua… tu m’colles une de ces réputations ! »
    Soupira la rousse revêche en se pinçant l’arrête du nez.

En fait, Ecarlate n’avait pas vraiment besoin d’un cousin, et de sa troupe d’égorgeurs, de pillards, de brigands, d’assassins… heu, faisons court : de mercenaire, pour avoir une mauvaise réputation. D’ailleurs le Seigneur Ker-dunaphil ne pouvait que corroborer cet avis .. enfin, dès qu’il aurait retrouvé sa voix de soprano.


En attendant, telle une fleur de printemps, Charlotte réapparut avec un sourire éclatant – bien que les fleurs de printemps ayant un sourire, même éclatant, sont assez rares - qu’elle adressa au prêtre de Melkor, dont le visage se trouvait une vingtaine de centimètre au dessus d’elle.
  • « Moi, si vous voulez, j’ai du matériel de soin… »

    Fit-elle, de sa petite voix enjouée et coquine, en ouvrant sa besace dans laquelle elle avait déversée tout le contenu de la trousse de premier secours du Prêtre et montrant l’intérieur à Erlandûr.

    « Mais tout à un prix ! »

    Continua-t-elle, dans un pas de danse circulaire, faisant voler en rosace et jupon et chevelure, qui lui permit de s’éloigner suffisamment pour que l’homme de foi n’est qu’entrevue les ustensiles dans la besace.

    « Alors ? »

    Finit-elle avec un grand sourire…

… tandis qu’Yrris se frottait la barbe imaginaire de son menton en se demandant si cette gamine n’avait pas des ancêtres nains.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 10 Sep - 15:34

Le prêtre de Melkor se retint de sourire, en regardant d'un œil sévère les possessions qu'on lui présentait. Plus encore lorsque Charlotte avoua avoir une trousse de soin en vente. Melkor faisait vraiment bien les choses. Il n'avait plus de trousse de soin, mais voilà qu'on lui proposait de l'argent pour pouvoir en acheter une. Au mercenaire il déclara sèchement :
    -Mes symboles sacrés ne s'y trouvent pas. Mais en revanche, mes pièces de monnaies, si. Ainsi que mon couteau en argent. Dont je ne m'étais pas rendu compte de leur disparition. Vous avez de la chance vous n'avez pas volé ce qui me tient le plus à cœur, je ne vous en tient donc pas rigueur.

Rétorqua le prêtre, en raflant les pièces d'or ainsi que le couteau en argent, toujours utile. Ceci fait il se tourna vers Charlotte, beaucoup plus souriant :
    Mademoiselle, vos finances sont-elles en si mauvais point que vous deviez vendre une trousse de soin à un prêtre? Soit, cela ne me gène point. Vos finances sont quelque chose que je peux soigner également.

Tendant les pièces d'or il déclara :
    Je vous conseille un traitement de 15 pièce d'argent, cela devrais aller pour débuter.

Finit-il en adressant un sourire sincèrement chaleureux à la jeune demoiselle. Mais pendant ce temps là, alors que les hommes de Ker-Dûnaphil, excédés, enlevaient la selle de Saharley, le roi de Nùmenor restait sans surveillance. Ce dernier murmurait des propos inaudible, à moins d'être suffisament proche :
    -Je l'ai sauvée, sortie de la ville et soignée. J'ai pris soin d'elle, allant jusqu'à dépenser de l'or pour lui trouver une tenue magnifique, veillé à ce qu'elle se repose dans une tente au chaud et c'est ainsi qu'elle montre sa reconnaissance?

Ker-Dûnaphil bondit soudain vers Ecarlate, en hurlant d'une voie quelque peu erraillée :
    -Je suis très déçu!!

Fonçant sur elle, il la fit tomber au sol en tentant de l'étrangler grâce à la technique dites "simpsonesque", le visage rouge de colère, serrant les dents et le regard en feu. Ses hommes restèrent une fois de plus bouche bée devant le spectacle, tandis que le prêtre de Melkor soupira en disant :
    Trop tard.

D'un air... Blasé en songeant aux somnifères surpuissants (pour anesthésier) que contenait sa trousse de soin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Mer 10 Sep - 16:52


Dans un râle, Ecarlate chut en arrière sous l'attaque du Roi.
Son premier réflexe fut de rendre la pareil en l'étranglant de même. Mais sa position était la moins confortable aussi décida-t-elle d'user d'une horrible technique de fille: tirer les cheveux... pas de chance pour le roi, il les avait long !

    " Gnnirkk"


Voyant ce spectacle, Varsha qui rampait toujours façon limace vers Idrahil décida de changer de cible.
    Varadji : ON NE TOUCHE PAS A ECARLATE!

Fou furieux, le variag se releva brutalement, envoyant bouler le marin pour se précipiter vers Ker-Dûnaphil. Malheureusement pour lui, on lui cogna le visage avec quelque chose de lourd, visiblement en carton. Déjà remué, cela assomma tout simplement le fier représentant des steppes du Khand.


Arsalan était le coupable. Il venait en fait d'assommer le variag avec un lourd et gros paquets de carton, enrubanné de rouge.
    On part cinq minutes et c'est déjà le bordel,
    constata-t-il.


Ker-Dûnaphil n'était pas du genre à se plaindre qu'on lui tire les cheveux, principalement parce que ça n'était jamais arrivé auparavant. En tout cas, cela l'empêcha d'étrangler correctement Ecarlate, en voulant diminuer la douleur en se penchant en arrière. Erreur forcément si l'adversaire ne se trouve pas déjà derrière soit.
Le roi tenta donc de saisir le poigner d'Ecarlate pour l'empêcher de continuer son tirage de cheveu, qu'il avait soudainement trop long.


La couleur de sa peau s’assortissant à celle de ses cheveux, Ecarlate pu reprendre son souffle quand une des mains lâcha sa pression aussi en profita-t-elle pour se dégager la gorge en donnant un coup du tranchant de la main dans le creux du coude du bras tendu du roi… ce qui le fit s’affaisser sur elle… et merde. Songea-t-elle trop tard alors que son poignet était saisi.

Manque de chance pour Ker-Dûnaphil, le bras en question était le bras blessé par le coussin, le coup lui fit donc plus mal que de raison. A vrai dire il sentait son bras s'engourdir.
Finalement, il tenta lui aussi de tirer les cheveux de son adversaire, n'ayant plus qu'un bras pour se battre et préférant le ménager.


« Aieuuu c'est pas du jeu ça!! »
Hurla-t-elle en giflant le seigneur d'un revers de main.


« C'est ce que vous venez de faire! »
Répliqua Ker-Dûnaphil en répliquant de la même manière et en jetant un regard furibard.


« C'est un truc de fille! Vous n'avez pas le droit de m'imit..aie!! »
Dit-elle en remontant son genoux pour qu'il percute l'entre jambe déjà douloureux.


« Ow Ca c'est un coup dûr.... »
Marmonna Ker-Dûnaphil, le souffle court, qui ne l'empêcha pas de frapper Ecarlate du tranchant de la main dans ses côtes, malgré la douleur et un bras désormais inutile


Elle gnapa le nez du roi !

« Agneuh! »
fut le cri de douleur de Ker-Dûnaphil qui voulut écarter Ecarlate de son nez.
« Gne vous interdit! »


« Gvous afez un décfét pouf fa ? »
Ronchonna-t-elle en tirant de chaque coté les cheveux du roi en même temps qu'elle mordait son nez pour l'empêcher de la repousser !


Lyam, le barde répugnait voir un homme frapper une femme. Bon, il est vrai qu'on ne pouvait pas qualifier Ecarlate de femme faible, mais la courtoisie, la galanterie était toutes inscrites dans ses gènes aussi sûrement que la couleur de sa peau. Aussi voulut-il proposer :
    -Ne... Devrions nous pas les séparer?

    -Tu y tiens vraiment? Répliqua Amos. Vas-y alors.

    -Hum. On va peut-être attendre qu'ils se fatiguent?

    -Ouaip. On aura plus qu'à les cueillir.

    -C'est pas très diplomatique tout de même.

    -Non. Là par exemple c'était un coup du tranchant de la main sur le bras qu'à reçu le coussin plein d'pierre, mais le coup d'étrangler c'est pas mieux si tu veux mon avis.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 5:37

Okay. Il faut l’avouer, tout n’était pas particulièrement
reluisant. Deux éclopés engagés dans un combat aussi rageux que ridicule et
toute une clique de personnes qui, au final, auraient pu avoir des intêrets à
les sauver mais qui se contentaient présentement d’observer les diverses
techniques en présence comme on admire un beau feu d’artifices.

Profitant du Brouhaha, un certain Hobbit aux mains
baladeuses n’était décidément pas prêt de se laisser avoir par le premier vieux
chnoque venu. Et le problème majeur, avec les hobbits, c’est qu’étant dénués de
réelle force physique qui leur permettraient de fous coller a terre d’une seule
main, ils sont obligés d’en venir aux plus infâmes stratagèmes possibles et
imaginables. Et après avoir envisagé un instant la douce morsure bestiale aux
parties sensibles, Karpatt se rabattit vers une option nettement plus
ragoutante, la main de celui qui l’avait volé, à lui, le voleur. Le prêtre de
Melkor put bientôt sentir une douleur aiguë et un certain poids sur la main.

« Escfufez fmoi mai’ou’fafez kech’oz f’est a moi je
cfrois… »

Et le pire, c’était bien qu’en plus d’être rancunier,
Karpatt avait la dent dure a force de croquer sur les pièces d’or histoire de
se donner un style de dur qui se méfie d’la vie, passqu’il a tout vu et tout
fait.

Pendant ce temps, les paris battaient leurs pleins et un
mini casino improvisé venait de venir au monde sous l’égide de Maneau.

« Alors alors alors ? Qui n’a pas encore
parié ? 3 contre 1 pour la
Mog ! »
« Moi j’parie su’l roi, l’est quand même de sang…
royal ! »
« Pff, crétin, on voit très bien que c’est la rouquine
qui va l’exploser, observe moi ce mouvement de mordage de nez, c’est digne d’un
expert ! »
« Et ta sœur, c’est une experte en mordage de
nez ?! »
« Non, mais si tu continues elle devrait pas tarder a
te mordre autre chose, de nettement plus petit que ton nez, crois moi. »
« Tu parles de son doigt ? »
« Ouais, mais c’ui du bas. »
« Son orteil ? Mais pourquoi son ort… »
« Celui du millieu ! »
« Son doigt du millieu ? La j’te suis plus… »
« Bon, laisse tomber, tu comprendras quand tu seras
plus grand. »
« C’est toi le gland ! »
« J’ai dit grand, pas gland ! »
« Aha ! Là tu l’as dit ! Enfoiré de raclure
de poireau ! Gargnepouille ! Fillistron ! Pédoncule de
rhododendron ! »
« Ronontudjiu ! J’men va tellement de
défricher l’quignon qu’ta mater te r’conaittra pu qu’a la couleur de ta spatule,
p’tite saucisse d’apéritif !»
« Oh ! Pas de violence ! Le premier qui tape
quelqu’un… je l’frappe ! »
« Ola, Ola, mes amis, reportez donc votre agressivité
sur vos paris ! Qui n’a pas encore parié ? 3 Contre 1 pour la
rousse, 3 contre 1 ! »
« Moi j’pense que niveau baston, le roi s’défend pas
mal, si l’avait pas les ch’veux longs, s’rait vraiment pas mal ! »
« Tiens, ch’sais pas pourquoi mais ca me rappelle une
histoire, tiens, d’un mec qui avait monté un club ou les gens s’affrontaient
deux par deux et qu’a fini par fomenter une révolution ou un truc cossa. »
« Ouaaais, le mec qu’avait deux personnalités ? »
« Uiiii, c’est connu comme légende, ca mais en fait tu
vois, le mec il… Oh mais regardez moi ça ! Aïiie, ca doit faire mal ! »
« Tu crois qu’ils vont tous les deux survivre ? »

Et pendant que le spectacle battait son plein et que la
troupe joyeuse se délectait de cette surprise toute enroulée dans du papier de
violence et avec un gros nœud de baston dessus et que les deux zamoureux
étaient occupés à se défricher la tronche de plus en plus fort, Karpatt, sans
mauvais jeux de mots, n’en démordait pas.

« D’mfailleurs je suis désolfé de ma sfollicfitjud,
mais j’insifte fur le fait que ‘ous m’afez défmpouillé de mfon arfgent et fmou
m’en moyez défolé ! »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 12:41



    « Ha oui, maintenant que je connais plus les uses et coutumes des suivants de Morgoth, je comprends que ce soit toujours les gentils qui gagnent … vous devez être plus occupés à vous entretuer qu’à monter des plans. »

Déclara amusée une Charlotte, mains croisées dans le dos et assez fort pour qu’elle fut entendu d’une majorité de personnes; si on exceptaient les deux fous qui se lançaient dans une sorte de parade nuptiale orc.
    « Sinon, je ne suis pas intéressée par l’or ou l’argent, vous pouvez rendre les biens du petit homme à son propriétaire…
    dés qu’il vous aura lâché la main…bien que j’en doute.
    Il est dit que ce qui rentre dans la bouche d’un Hobbit n’en sort que part son côté opposé. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 14:28

Karpatt remua une nouvelle fois les incisives.

"Emfshgz'aktement! Et j'mfeu même mord' aut'chomfe de pflus intime!"

Pendant ce temps, a quelque mètres de là, alors que les encouragements fusaient çà et la respectivement en faveur de l'un puis de l'autre des participants, Kal Su, d'un naturel plus calme, s'était discrètement fait oublier.
Et alors qu'il commençait a se dire qu'il aurait plutôt intérêt à écarter le Hobbit du prêtre de Melkor qui allait bien finir par penser que quelqu'un'un, quelque part, avait quelque chose contre lui, personellement.
Alors que Karpatt, lui, n'avait rien contre lui, personellement. Il en avait contre lui, personellement à la terre entière.

"Tu rigoles petite, faudrait déja qu'ils sachent ce que ca veut dire, monter des plans. Enfin quoique, si, ils savent, les Melkorriens ont une façon bien a eux de planifier leurs combats. Une attaque violente et directe, on tue tout le monde, sauf un type, bien sur, généralement le plus costeaud d'la région, généralement agé de dix-huit ans, ah oui, parce qu'il ne faut pas oublier que les gentils sont toujours de jeunes et vaillants guerriers et les méchants d'immortels salauds, on l'enferme dans un cachot sans surveillance avec un gros panneau marqué "Ne pas toucher a la porte le verrou est cassé", et bien sur avec une ou deux armes a proximité qu'il pourra utiliser pour flinguer le seul et unique garde de la prison pour ensuite s'enfuir sur le dos du cheval pur sang du garde, bien sur, parce que c'est pas non plus n'importe qui, le garde, c'est si possible le fils du chef qui a planifié l'attaque, et puis ca continue comme ca encore des heures et des heures si je devais t'expliquer pourquoi les gentils gagnent toujours à la fin et que les méchants se font battre et deviennent gentils. Mais pour l'instant, je vais plutôt me taire et attendre patiemment que notre ami le prêtre ait rendu ses posséssions a Karpatt pour l'en délester."

Beaucoup, un jour, dirent que Kal Su était un original de premier ordre et que ce fait n'etait pas êtranger a son incoporation en tant que second dans la bande de Jhosua, a ses débuts. En effet, le jeune homme originaire du Rhun avait une façon de penser bien personelle et une imagination débordante autant que, de fait, un comportement bizarre et des habitudes comment dire... Inhabituelles.
On le soupçonnait aussi parfois d'avoir des dons qui le dépassaient de loin, ainsi que, grâce a eux, d'avoir en tête des choses qui dépassaient le commun des mortels. Nul ne sût jamais si ces images de mondes ou l'homme passe sa vie devant des boites carrées, dans des calèches de fer et portant d'etranges colliers noirs qui leur pendaient sur le torse étaient seulement venues de son imaginaire trop débordant ou bien de réelles perceptions extra-sensorielles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 14:49



    « How… »

Fit la jeune demi-elfe du bout des lèvres.
    « Moi qui croyais qu’il faillait être un jeune enfant survivant au massacre d’un village pour être élevé par des moines guerriers et découvrir qu’on était l’unique héritier du royaume conquit pour devenir un gentil héros…
    Quoi que, cet enfant par la suite peut devenir ce costaud de 17 ans. Mais si je puis me permettre, vous avez omis un détail, minime. Avant de s’enfuir sur l’étalon pur sang, le héros doit trouver la seule arme magique qui permet de tuer le méchant qui fit massacrer sa famille. »

Répondit Charlotte avec un certain détachement tout en penchant la tête de côté dans une mimique de curiosité devant la scène de pugilat qu’offrait les deux Seigneurs.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 16:32

Kal aurait eu de quoi être ému: pour la première fois il trouvi quelqu'un dont l'imagination égalait la sienne. Enfin il eut été ému a la seule condition de ne pas avoir eu autant d'imagination qu'il avat employée a penser que tout le monde était comme lui.

"Ah oui, j'avais presque oublié. Exact. Mais en un sens, je trouve ça autrement plus vraissemblable, parce que trouver une arme magique comme ca, ca me parat unpeu petit, hein, que le jeune heros doive tomber, bien sur, sur un vieux briscard décati agé d'une trentaine d'années qui se rêvelera être un ancien héros terriblement puissant et/ou son paternel qui avait disparu a la naissance. Car un bon héros est toujours orphelin, cela va de soi. Et donc, ce vieillard croulant meurt quelque temps après, en lui ayant appris tout ce qu'il savait et en lui offrant une epée brisée. Pour que le jeune homme puissa allez voir le maitre nain pour se la faire réparer, son epée. Et que par la même occasion, les Melkorriens puissent continuer a matyriser la veuve, l'orphelin et tout le reste pendant encore quelque temps. Comme ca plus personne ne void d'objections a les tuer, puisqu'il n'y a plus personne de vivant pour émettre un seul avis.
Mais dites donc vous, ca ne vous fait pas mal?"

" 'Ha demfrait en tfout cas."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 16:57

[Charlotte + Pnj Kennotcha]

    « Non, ça ne me fait pas mal »

Déclara Charlotte comme si l’on s’adressait à elle.
    « Ho ? Vous parliez du prêtre ? Vous savez, c’est un prêtre de Morgoth, je suis presque certaines qu’ils sont entraîné à résister à la souffrance, qu’ils sont eux même bourreau et qu’ils se font un tas de mutilation pour prier leur vala.
    Mais j’espère que le Sir Hobbit laissera assez de morceau pour qu’il puisse tout de même me rémunérer.

    Vous savez, le héros peut aussi voler l’arme à son ennemie juré. C’est un grand classique. Notez la stupidité dans ce cas de l’ennemi qui à préféré gardé une arme pouvant le tuer plutôt que de la détruire. Si ce n’est pas sot, ça.»



    « Hmm.. je préfère le terme Maître d’œuvre à celui de bourreau. Sans vouloir vous offusquer jeune lady.
    Erlandûr , je vois que vous vous êtes fait un nouvel et attachant ami. Décidément, tous vous trouve irrésistible.»

Cette voix venait d’un homme de grande stature, enveloppé dans une grande cape blanche à capuchon, qui était apparut d’on ne sais où.
Oui, car tout les méchants savent apparaître sans se faire remarquer et cela n’a rien a voir avec le fait que deux couillons détournent l’attention en se bagarrant.

    « Qui mène le due… ? hmm… carnage serait le mot plus approprié. »

Demanda-t-il d’une voix dénotant une grande et impérieuse patience; comme tout bon vrai méchant se doit d’avoir juste avant de péter un câble et vouloir au choix: conquérir, ou: détruire le monde. Bien que dans le premier cas, il veut le faire pour obtenir le second.
A croire que les Evils n’ont pas de projet d’avenir à longue échéance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Oradin
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Jeu 11 Sep - 19:45

Oradin avait observé les événements, se méfiant fortement des mercenaires qui étaient, manifestement, une bande de voleurs.

Par contre, l'attaque contre Yrris le sidéra. Resté quelques instants encore choqué par le comportement inacceptable du mielleux de service, il finit par se ressaisir.

Le Nain se rua sur les combattants et joua à la fois de sa force supérieure à celle des Humains et de sa maîtrise du close-combat Nain.
Il saisit Ker-Dunaphil par le poignet du bras tirant les cheveux de la Rouquine, pinçant un nerf qui inflige une douleur très désagréable et force la main à s'ouvrir.
De son autre bras, il saisit le Roi de Numenor par le ceinturon puis le projetta à distance respectable, séparant les 2 chiffonniers (certes, Ker risquait d'y laisser quelques mêches de cheveux, vu qu'Oradin n'avait pas fait grand chose pour faire lâcher la jeune femme, mais qu'importait au Nain?).


Personne n'attaque Rouquine en ma présence! Quelqu'un a-t-il des objections à ce fait établi? Demanda Oradin de sa voix rauque.

Le Nain se tenait près d'Yrris, colossal malgré sa petite taille, la main posée sur un marteau qui serait une scéance d'haltérophilie pour les Humains, bien décidé à rosser proprement quiconque s'aviserait de s'attaquer "la p'tite rousse".


Heureux de te revoir, Petite. Je vois que les hommes ne rêvent toujours que de se jeter sur toi. Se permettant un regard de coin et un sourire jovial d'une seconde avant de revenir à son air menaçant (et un Nain menaçant, c'est... menaçant, quoi!)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
partie
Mary Poppins de Barad'Dûr


Nombre de messages : 750
Date d'inscription : 13/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 12 Sep - 10:16

[Yrris, Charlotte, Pnj Kennotcha]


    «- Et vous êtes ? » Demanda Charlotte curieuse (ce qui est un pléonasme) au nouvel arrivé.

    «- Chaque chose en son temps, demoiselle.
    Mais permettez moi, le temps d’un instant, de vous fausser compagnie…
    Moi qui espérait séparer par mes propres moyens les deux tourtereaux cannibales, voici que ce damné nain me double !
    J’avais oublié que les nains étaient des sprinters. »


    Finit-il en prévoyant l’action du nain et interceptant le Seigneur Ker-Dunaphil pour l’aider à se relever dans un :

    « Majesté, je vois que vous avez fait connaissance avec la nouvelle Reine de Nen Umbar. »

Décidément, la cousine de Joshua jouissait d’une importante promotion.
    « Elle est follement… attachante, dirons-nous. D’ailleurs il serait fortement fâcheux que vous vous intéressiez à cette jeune personne autrement que d’un point de vu purement… politique. »

    Conseilla-t-il alors qu’un sourire poli naissait sur ses fines lèvres.

    « Ho. Il vous manque quelque chose, Majesté. Ecarlate ? Veuillez, je vous prie rendre le bout de nez manquant. »


Un détail avait échappé à Oradin. Un détail qui était pourtant une partie fort visible dans une visage. Ce détail était dans la bouche d’Ecarlate qui serrait toujours les dents au moment ou le Nain avait saisit le roi et le problème à bras le corps pour l’envoyer plus loin.

A présent, le nouveau venu se dirigeait vers la rousse pour lui réclamer ce dut dans un :
    « Bwéé… » bien sentit de la jeune Charlotte.

    « Ecarlate, ne faites pas l’enfant, lâcher le morceau.. si je puis me permettre de dire. »
    Insista-t-il en tendant la main où il avait placé un mouchoir blanc.


Se relevant sur ses coudes, visiblement revêche, Yrris rendu l’objet du mécontentement de son Haut Prêtre en le recrachant dans le mouchoir.
    « Je vous remercie, madmoi…Majest.. Gouverneur. Je ne mis ferait jamais. Parfait, les dégâts ne sont que minime.»
    Constata-t-il en regardant le contenu du mouchoir en rejoignant le roi de Numénor pour lui rendre son bien.

    « Et oui, c’est le grand malheur de ma vie, p’pa… manquerai plus qu’une elfe avec une panthère et un barbare blond collant et je serai comblée »
    Soupira ironiquement la rousse.
    « T’es arrivé à temps, p’pa, il commençait à mener et si je devais compter sur mon cousin… HEIN Joshua ! »


    « P’pa… Joshua, le chef de bande. Voilà qui est fâcheux. » murmura Kennotcha pour lui-même.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/portal.htm
Jhosua Mogiau
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 46
Date d'inscription : 22/07/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 12 Sep - 17:29

Jhosua adressa un bref sourire narquois a sa chèèère cousine la reine de Nen Umbar. Ce fait ne l'etonnait qu'a moitié, en réalité. Il l'avait toujours trouvée d'une attitude princessière. Ce qui pour Jhosua représentait à la fois une marque de mauvais caractère et de pouvoir.

"Ouais, bien sur, pour que tu me foudroie parce que je t'ai pas laissé l'achever? Plutot me faire sepoukaine avec un saucisson..."


Bon, Jhosua n'etait, il faut dire, pas très rapide à la comprenette. De plus, il était tout excusé, il était distrait par le bruit de ses hommes tentant d'expliquer gentiement a Maneau que non, il ne gardait pas les paris sous pretexte qu'il n'y avait eu aucun gagnant, mais plutot qu'il les rendait a cause de l'interruption du match. A Maneau de rétorquer "c'est toi le match!" et de courir.

Enfin, il se produisit le déclic quelque part ou il le fallait. Et de ce Deux Ex Machina du cervelet naquit une pensée.
Et pendant que cette pensée évoluait et germait dans un esprit pas forcément très fertile au sens commun, Bigbill répondit à l'appel des barbares blonds. Car Bigbill avait non seulement la chance d'etre blond aux yeux bleus mais aussi de posséder une hache très, très grosse, ce qui faisait de lui un barbare au second sens du terme.


"On m'a appelé?"

Jhosua arriva enfin a terme de son long cheminement synaptique.
"Eh, mais... p'pa? Y'a un truc que je pige pas, là... "

Bon, certes, la reflexion, autant que l'esprit du jeune homme n'allait pas très loin. Mais c'etait somme toute un bon moyen de s'assurer que Jhosua ne le perdrait jamais dans la foule.


"Ton beau-pere peut-être? Ton ex-beau pêre? Ton Futur beau pêre? Ton ex-futur-papa? Ton futur ex-papa? Ou alors c'est quelque chose qui me dépasse?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Oradin
P'tit Nouveau
avatar

Nombre de messages : 9
Date d'inscription : 16/08/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Ven 12 Sep - 22:34

Oradin continua à scruter l'entourage d'un regard prometteur (oui, les Nains ne menacent pas: ils font des promesses) jusqu'à ce que le "cousin" parle.

*Encore un cousin? Famille prolifique... c'est le 149ème cousin... Bah... ça en fera tout de même un que je rencontre... Famille prolifique ET timide* Songeait le Nain en repensant à toutes les fois où Ecarlate revenait en disant: "Ah? ces bijoux? C'est mon cousin Machin ou ma cousine Truc qui me les offert pour couvrir les dépenses!"
Famille généreuse de surcroît... bref, famille pas Naine du tout.


Toi, tu es trop bavard! C'est ma fille, ça ne se voit pas? Dit-il à l'adresse de Joshua avant de se tourner vers Yrris, de l'aider à se relever (enfin: de la relever tout court d'un bras comme on soulève un oreiller en plume) et de l'enserrer dans ses bras:
Ah ah ah! Ca fait plaisir de te revoir, Rouquine! Alors, comment te porte-tu? Comment t'as atterri ici? Tu n'aurais pas un peu maigri? Et c'est quoi cette histoire de "reine d'Umtaverne"? A propos de taverne, si on allait discuter de tout cela devant une bonne bière fraîche?

Il est à noter que même si Ecarlate voulait répondre au volume de question du Nain qui trouve quelque Humain trop bavard, la physique étant, afin de communiquer, il faut pouvoir expulser de l'air, véritable exploit lorsqu'on subit l'accolade, ou plutôt, la constriction d'un type qui, même s'il mesure une tête de moins que soi, s'avère environ 1,5 fois plus fort qu'un Humain très entraîné.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Sam 13 Sep - 9:18

[Texte d'Ecarlate]

Petit flash back arrière :

Quelque instant auparavant, au abord des bois près de Cair Andros, 4 féroces ailés atterrissaient sous l’impulsion du prêtre de Melkor ayant sentit la présence de Saharley qui regardait à ce moment, indigné sa cavalière se battre indignement avec le propriétaire de son rivale, alors que lui, on l’avait empêché de faire de même.

Les quatre féroces ailés au sol, une majestueuse silhouette, drapée de blanc, sauta agilement de selle pour s’engouffrer dans les sous bois avec une habilité, et un pas si léger, qu’il ne pouvait y avoir aucun doute sur sa nature Elfique. Bientôt son passage n’était plus qu’un vague idée de cape flottant aux vents et de cheveux de nuit.

Le second homme, plus petit que le précèdent et respirant la sagesse shamanique, mit pied à terre.
Vêtu d’un pourpoint flanqué d’or, d’une chemise ample écrue qu’un pantalon enserrait à la taille pour finir bouffant, l’homme, à la peau et aux cheveux sombres, portait sur sa tête une tête de loup dont la peau couvrait le dos. C’était un Variag bien connu d’Ecarlate puisqu’il était son compagnon.
Il saisit les brides des féroces ailés pour les maîtriser, grand exploit que de contrôler 4 de ces bêtes en même temps, et s’avança avec eux dans les bois.

Le troisième semblait plus nerveux. Aussitôt au sol, il dégaina son espadon de son dos, assouplissant son poignet par quelques moulinets, en observant les alentours.
Au travers son heaume aux formes draconique, il regarda avec méfiance la forêt, l’espadon, épée bien trop longue, était une arme inadapté pour les combats en sous bois. Il préféra rengainer celle-ci pour sortir son épée bâtarde dont le fourreau se balançait le long de sa cuisse.
L’arrivée peu discrète en féroce ailé et la proximité de Cair Andros mettait tout ses sens en alertes. A moins que ce ne soit la présence de son honnis cousin qui ne démange ses armes.


[Fin]

Arkahil, qui faisait le guet autour du campement en s'efforçant d'ignorer la présence d'un grand nombre de personne, vit les quatre féroces ailés arriver à quelque distance de sa position. Il repéra deux grande silhouette ainsi qu'une plus petite, sans reconnaître une seul d'entre elles. Les voyant atterrir, il voulut s'approcher de leur position. D'une extrème prudence, il s'approcha de la zone d'atterrissage. Il ne parvenait pas à repérer l'homme habillé de blanc et à l'air très important, mais repéra en revanche un variag ainsi qu'un homme qu'il connaissait de vue. Il s'agissait du cousin de son seigneur, Ker-Dûnaphil, et la nouvelle de sa venue lui sembla assez importante pour aller l'avertir...

... Si seulement il n'y avait pas autant de monde autour du camp! L'homme n'osait pas en approcher, en proie à sa phobie des foules. Il y avait vraiment trop de monde.


Au camp.

La douleur de sa main embrumant l'orée de son champ de vision de rouge, le prêtre de Morgoth soupira de lassitude. Il se sentait très légèrement dépassé par les évènements et aurait bien aimé, en ce lieu et en cette heure, être dans la bibliothèque de Nùmenor à restaurer les ouvrages qu'on avait retrouvé sur l'île et dont il savait que le contenu était extrêmement enrichissant.

N'ayant finalement aucunement besoin des pièces de monnaies, Erlandûr les jeta un peu plus loin en déclarant :

    -Tenez. Je vous paierais même un repas pour me faire pardonner.

Lyam regarda le prêtre d'un drôle d'air, mais le connaissant, s'il proposait un repas à un hobbit, c'est qu'il avait une idée derrière la tête. Aussi se il se contenta d'hausser les épaules.
Arsalan et Kylian restèrent un instant muet avec leurs paquets dans les bras, un variag étourdi à leur pieds. Ce fut Kylian qui brisa le silence :

    -Je crois que ce serais une bonne idée de ranger nos paquets quelque part. Discrètement.

    -Ça me parait... Être le moment idéal pour ça.

Il s'éclipsèrent donc dans leurs tentes respectives pour se débarrasser des encombrantes preuves. Pendant ce temps Erlandûr vit arriver avec plaisir Kennotcha. Surtout parce que son arrivée allait calmer tout le monde : le haut prêtre avait cet effet là sur son entourage, sûrement parce qu'il semblait très confiant et avait de bonnes manières.
    -Ah, bonjour Kennotcha. Vous arrivez au moment le plus opportun, comme à votre habitude. Oui, comme vous le voyez, j'ai toujours ce don pour me faire de bons amis,

Fit le prêtre avec ironie. Ker-Dûnaphil, légèrement étourdi récupéra son bout de nez en lançant un regard le plus neutre possible à Kennotcha. Un petit sourire au lèvre il déclara :
    -Je n'aurais jamais pensé devoir vous remercier pour m'avoir ramener un bout de nez, Kennotcha. Mais j'ignorais jusqu'ici que vous aviez une fille... Adoptive?

Ker-Dûnaphil, maintenant debout, entreprit de refaire sa mise, proprement mise à mal par le Gouverneur d'Umbar, tout en reprenant :
    -Si vous tenez à ce que l'on en reste à la politique... Cela devrai être aisé, d'autant que je pressent des négociations particulièrement passionnantes à venir.

Sussura le seigneur de Nùmenor. Ker-Dûnaphil soupira en regardant son bout de nez, tenu entre deux doigts.
    -Le garder ou ne pas le garder, tel est la question. Erlandûr? Pouvez vous en faire quelque chose?

    -Je pourrais vous lancer une malediction avec, mais je pense que vous préfèrerez détruire ce bout de peau. J'ai... Enfin. j'avais ce qu'il faut pour arranger votre nez seigneur. D'ailleurs...
    Il se tourna vers Cha' : que désirez vous comme paiment pour une pleine panoplie de soin mademoiselle?

    -Ah. Très bien. Bref. Que nous vaut cette aimable visite, Grand Prêtre?

Jetant un regard au nain, Ker-Dûnaphil ajouta :
    -Êtes vous venu vous disputer la parenté du gouverneur d'Umbar avec le nain? J'ai cru comprendre qu'il se pensait être son père également.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Sha
Damoiselle d'Eketta et Charlotte malgré elle


Nombre de messages : 506
Date d'inscription : 10/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Sam 13 Sep - 9:59

    «- Une fille ? Ho, sa Majest.. Gouverneur.
    A part notre attachement réciproque pour la viande crue et de préférence vivante, Dame Ecarlate et moi sommes d'aucunement uni par un lignage parentale.
    A moins que je ne l'ignore.
    Mais je crains que, si cette jeune personne ait une parenté elfique, ce ne soit avec la royauté de Gondolin... je reconnais en elle le sang chaud, vindicatif et je mords tout ce qui n'est pas de mon avis typique de cette famille. »


    Ironisa le Haut Prêtre en prenant soin que sa voix fut couverte, aux oreilles de sa Dame Ecarlate, par celle du volubile maître nain.

    « Si fait, les négociations risquent d’être passionnantes et je me ferais un devoir de faire l’interprète entre vous.

    C'est étrange.. je sens une odeur qui m'est désagréable... une odeur animale»
    Les instincts Lycanthrope du prêtre s'étaient évéllés par l'ancienne présence d'un autre Lycanthrope.


Pendant ce temps, Charlotte qui n’avait pas les yeux dans ses poches, regardait le manége qu’offrait deux hommes de bases besognes qui espéraient cacher des paquets aux yeux de tous.
    «- Je crois avoir aperçut entrant dans une tente le prix convenable en échange de mes effets médicales. Je ne suis qu’une faible jeune fille qui se retrouve dépourvu d’une garde robe décentes car étant en voyages. »
    Répondit Charlotte qui avait décidé de subvenir à ses besoins par ses propres moyens et le marchandage en faisait partie.


Au côté du roi de Numénor, penché sur celui-ci pour lui appliquer les premiers soins – lâchez un elfe sylvain, même a demi, en foret et il trouvera toujours des herbes de soin – Kennotcha écoutait d’une oreille distraite la discussion opposant son compère de foi et la petite fille qui ne semblait plus si petite.
    «- Erlandûr a du fil à retordre avec une enfant ? Voilà qui est amusant. »
    Gloussa le métis elfique.



(je taperai le message pour Ecarlate un peu plus tard Wink
Edit: Elthen? On fait un rp commun oradin ecarlate toi? si oui, rendez vous ce soir sur le tchat )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Ker-Dûnaphil
Prince pas si Charmant
Prince pas si Charmant


Nombre de messages : 289
Localisation : Sur Mabeinz les cheveux au vent!
Parrain : je préfère par deux.
Date d'inscription : 15/05/2008

MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   Dim 14 Sep - 15:35

    Il doit s'agir d'Idrahil, répondit Ker-Dûnaphil. Nous l'avons croisé à Cair Andros. Il s'y est transformé en loup garou. Une mauvaise idée, évidemment. Enfin, si vous voulez de plus amples précisions demandez donc au Gouverneur, hum? Elle se fera une joie de tout vous dire avec moult détails, j'en suis certain.

Ker-Dûnaphil se laissa soigner par Kennotcha, bien que légèrement méfiant. Et puis, il n'avait pas besoin de soin (bon, mis à part son nez peut-être. Et son bras. Là n'est pas la question), mais le grand prêtre avait l'air si motivé pour le soigner et gagner ses faveurs... Inutile de le décourager. Le roi de Nùmenor nota toutefois que Kennotcha n'avait pas répondu à sa question, qui était la raison de sa visite. Qu'importe, car il finirait peut-être par le déclarer de lui même.
    Hum. Auriez vous un homme habillé de vert foncé dans ses bois? Allure de forestier, un grand arc... Il a dû vous voir arriver. Et je serais étonné que vous ne l'ayez pas vu, Kennotcha.

Dit Ker-Dûnaphil, un regard inquisiteur braqué sur le grand prêtre d'Umbar.

Plus loin, Erlandûr suivait le regard de Cha'... Pour voir un Haradrim et un écuyer tenter de s'éclipser. Avec de grand paquets. Ha! Répondant à la remarque que lui faisait Kennotcha il déclara :

    -Il n'est jamais trop tard pour apprendre l'art subtile de la négociation, je trouve, et cette jeune demoiselle à l'air d'avoir cela dans le sang.

Se tournant vers Charlotte il lui fit un grand sourire. Puis il appela :
    -Arsalan? Kylian? Amenez vos paquets par ici. La jeune demoiselle semble être intéressée...

    -Hum... Tu es sûr Erlan?

    -Bien sûr! Vous avez acheté cela pour une femme non?
    dit-il d'une voie plus basse alors que les deux hommes approchaient. Alors cela conviendra.

    -La taille n'ira pas.

    -Laisse moi le soin de régler les détails je te prie.

Kylian haussa les épaules, en posant les paquets près de Cha', avec un sourire. Ça l'amusait de voir Erlandûr négocier avec une jeune fille. habituellement il négociait avec lui. Le prêtre en question proposa à Cha' :
    Bien, comme mes inestimables amis l'ont fait remarqué, la taille sera sans doute inadaptée, mais vous pouvez d'hors et déjà voir si les tenues vous conviennent?

Erlandûr soupira.
    Ce n'est plus si urgent remarquez, maintenant que Kennotcha est là. Vous pouvez prendre votre temps. Il faut toujours prendre son temps en affaire. Je crois que c'est l'expression consacrée?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://nouvel-age.frbb.net/index.htm
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Un campement sur la rive   

Revenir en haut Aller en bas
 
Un campement sur la rive
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» Sauvés après 12 jours de dérive sur un canot...
» "L'amour est une mer dont la femme est la rive" [PV Myrcella]
» Se pa pou dat lè a rive pou nou aprann fè politik yon lot jan!
» Belle Rive,Jacmel
» 2010: Annee noire visant a disparaitre Haiti sur la carte

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Seigneur Des Anneaux :: Le GONDOR et l'ERED NIMRAIS :: Province de l’Harithilien et l’Ithilien-
Sauter vers: